ROLEPLAY


kün geyum (le grand voyage)

Journal de bord d'Eeri
Tria, Germinally 9, 2nd AC 2617

Une première page de journal. Je vais devoir me prêter à cet exercice, aussi souvent qu'il y aura quelque chose d'assez important à écrire. De toute façon, qui lira ça à part moi? Nous nous sommes promis, avec Azazor, de garder nos écrits respectifs pour nous-mêmes. Ce sera mieux comme ça. Mes écrits sont et seront sans doute beaucoup plus chaotiques que les siens, des tas d'idées écrites sur le moment. C'est égal, je ferai le tri et réécrirai les choses importantes lorsque je reviendrai. Mais où commencer?
Il ne lira ça que si je ne reviens pas... Tu m'excuseras dans ce cas, mon bon fyros. Nous allons passer du temps ensemble, il vaudra mieux que je passe certaines de mes colères et doutes par écrit, plutôt que de les faire exploser entre nous. Mais allez, relire tout ça me fera rire dans quelques années.

L'heure approche. Chaque minute qui passe me fait savourer un peu plus le monde qui m'entoure. Le clapotis de l'eau à thesos, bruit du vent chargé de sciure, le crépitement du vent, un steak de bodoc et une shooki... Même une gorgée d'eau fraiche. Qui sait comment ce sera, là-bas. Ah, quelle bonne idée, je commence à parler de ce qui se boit ou mange.

Et pourtant le temps presse. Barmie Dingle, le guide ranger, nous a parlé de cette forteresse des maraudeurs, et que nous ne pourrons sans doute pas passer discrètement, encore moins en force. Il nous faudra absolument de quoi négocier. De quoi les convaincre de nous laisser passer, à l'aller, puis au retour. De bons arguments, une monnaie d'échange, des objets...? Peut-être un message, des informations? Quelques homins peuvent sans doute m'aider, à commencer par Mazé'Yum. Entre ses contacts avec les maraudeurs des nouvelles terres, et son appartenance au cercle noir, nous trouverons bien quelque chose. Il me reste à le convaincre. Je dois garder tout ça pour moi, une négociation avec les Zoraï-goo est toujours un marché délicat. Il ne doit s'agir que de leur rendre service, surtout pas de ne leur promettre quoi que ce soit en retour. Varynx échaudé craint la retch, comme on dit. Mais ce n'est pas gagné.

Barmie avait aussi laissé entendre que les maraudeurs et les rangers des anciennes terres s'entraidaient, d'une certaine façon, les uns étant les yeux, les autres les bras armés. Il ne serait donc pas idiot de se faire aussi passer pour des rangers là-bas. Des rangers messagers. Ce n'est pas gagné avec le fyros, il transpire la discipline impériale à trois dunes à la ronde, mais j'aurai quelques cycles pour le former à prononcer un "woren siloy" parfait, à faire se méprendre n'importe quel hoministe.

Et puis encore ce Barmie... En effet. Je lui ai parlé un moment en privé, afin de le questionner sur les trytonistes. Nous avons parlé de maraudeurs, de rangers, qu'en est-il de ces derniers?
J'ai pu voir très vite la différence entre lui et les homins d'ici, des nouvelles terres. C'est assez surprenant, finalement, de croiser un homin qui ne saute pas de peur en entendant le mot trytoniste. La plupart ici pensent que le simple fait de prononcer ce mot à voix basse fait apparaitre un régiment de la kuilde bien décidé à les couper en petits morceaux.
Sa réponse est claire, et fait sens. Il n'y a pas de trytonistes dans les anciennes terres, Barmie n'avait jamais entendu parler d'eux avant d'arriver ici. Ils n'ont aussi aucun intérêt à être là-bas, aussi loin. Pourquoi iraient-ils se cacher aussi loin des puissances qu'ils combattent ? Je verrai en chemin, peut-être arrivera t-on à en croiser. La route à faire avant cette citadelle est bien longue.

Et puis... Il faudra laisser Thesos. Ce petit bout de fyros grandira sans moi. C'est acté, tout est enfin organisé pour qu'il ne manque de rien pendant sa jeunesse, et pour qu'il soit éduqué par la crème de la crème de la discipline fyros. Ce sera déjà ça, il n'aura pas à subir mon instabilité et ma folie. Je commence à m'habituer à sa présence, toutefois. Il me manquera presque un peu. Kyriann a raison, je suis d'une irresponsabilité sans pareille, sauf j'espère lorsqu'il s'agit de survivre. On aura besoin de ça.

Allez, ça fait déjà beaucoup pour une première page de journal. Il me reste pas mal de choses à régler.
Trouver Mazé'Yum, d'abord. Ensuite, trouver un poison puissant, et son antidote. Azazor, si un jour futur tu lis ça, pas d'inquiétude, ça ne t'est pas destiné, et ça ne te sera jamais destiné. Juste une sorte de pressentiment, quelque chose que mon intuition me dicte de me procurer. Mazé'yum sera sans doute trop borné pour me fournir ça, j'ai l'impression qu'il a, à sa façon, une certaine d'affection pour moi. Je vais devoir me tourner vers les matis, une rumeur dit qu'une en particulier s'intéresse singulièrement à ce genre de choses.
Show topic
Last visit Sun Aug 14 16:09:42 2022 UTC
P_:

powered by ryzom-api