ROLEPLAY


kün geyum (le grand voyage)

Journal de bord d'Eeri
Holeth, Medis 18, 3rd AC 2617

Quelle journée. Ou journées, plutôt. Je me suis réveillée après visiblement plusieurs nuits de fièvre, j’ai perdu la conscience du temps. Trois jours, quatre jours? Lorsque j’en ai eu la force, j’ai machinalement déchiré un pacte pour Fairhaven, comme si je devais faire mon rapport aux drakani. Arrivée là-bas, j’ai vidé une grande byrh au comptoir, j’avais soif. Puis je me suis rendue compte que Kyriann et Eolinius étaient là, avec ce marchand de brassage de vide. Kyriann a eu du mal à me reconnaitre, à cause de ma coiffure. C’est là que j’ai repris conscience de la situation présente. Au fil de la conversation, j’ai retrouvé mes esprits, et d’un coup, me suis sentie dans une forme incroyable, quoi qu’un peu confuse, une énergie à arracher la corne d’un bodoc d’un coup d’orteil.
Le bruit courra sans doute très vite qu’avant de retourner à thesos, il s’en est fallu de peu pour que je me laisse aller à une pulsion meurtrière. Personne n’aurait pleuré de voir ce Feinigan avec une dague en travers du bas-ventre. Allons, soyons positifs, si ce n’est pas moi, un autre le fera, et j’espère en lui offrant autant de souffrances gratuites que j’avais entrevu de faire. Était-ce pendant, ou après, la mémoire m’est revenue… Les bains. Cette épine, sur la dague vivante. Je ne pense pas que Kyriann, ou que Feinigan, ne se soient rendu compte de quoi que ce soit lorsque j’ai enlevé mon gant, afin de vérifier si cette marque n’était pas un mauvais rêve. L’effort que j'ai du faire pour contenir ma réaction a sans doute engendré cette pulsion, comme si Feinigan devait payer pour les manigances de cette damnée matisse.
Heureusement, ou malheureusement, le coup de dague n'est pas parti.

Ça m’apprendra, de nouveau. Yubette de lait que tu es, Eeri. Il te faut connaitre tes ennemis, encore plus que tu ne les connais. J’aurais du savoir quelles précautions prendre lorsqu’on saisit une dague vivante de ses damnés orskos. Elle se dit scientifique… Je lui souhaite une fin atroce, que ses poisons aient raison d’elle.

————

Maintenant que j’ai pris le temps d’analyser les différents stades de ma réaction à la substance qu’elle m’a injectée, je peux en déduire deux choses : il ne s’agit pas du poison qu’elle m’a préparé, si seulement je peux faire confiance à la description qu’elle m’en a fait.
il doit s’agir d’une drogue similaire à ce qu’utilisent les maraudeurs. Sans doute pas de sève noire pure. J’ai déjà pu observer il y a longtemps avec les légionnaires, les phénomènes d’addictions suivant la première injection, et les effets secondaires qui peuvent durer plusieurs semaines ou causer la mort. Mes symptômes étaient beaucoup plus légers.
En repensant à la sève noire, il m’est revenu que Vao avait quitté Zora quelques mois auparavant, et qu’il avait été aperçu vers Yrkanis. Le lien avec Canillia semble évident, quoi que peut-être trop facile, ou trop direct. Je dois en avertir Mazé’Yum, il en saura peut-être quelque chose. S’il ne travaille pas avec elle, toute information que je peux lui donner sera au désavantage de la matisse.

Quand à cette marque, dans la paume de ma main… Je mets maintenant en doute toutes ses paroles. La raison n’était ni de me faire passer un rite quelconque ou me donner l’opportunité de reconnaitre, ou d’être reconnue comme l’une des leurs, formée auprès de ces "ienne" ou "uenne", comme elle m’a expliqué. Des agents du royaume, des nettoyeurs. Pourritures. Fleur serait apparemment de mèche? Je ne me souviens plus de tout ce qu’elle m’a dit. Je dois avertir les drakani. Ou peut-être est-ce son plan d'incriminer quelqu'un d'autre, de nouveau, afin de passer inaperçue?

Maintenant, elle pourrait profiter de cette marque, je ne sais comment. M’incriminer dans n’importe quel méfait. Elle veut que je revienne des anciennes terres, en effet. Mes raisons de partir sont encore plus urgentes, je suis piégée.
Mais je serai là, de retour, dans plusieurs années.
Je serai sa mort, sa souffrance.

————

Note pour moi-même : poison à tester sur une pique, sur kincher ou kirosta, et sur n’importe quel autre créature non kitin.
Seconde note : faire une copie de cette entrée de journal, plus factuelle, et la laisser dans mon appartement. … Et une copie pour les drakani.


————

J'allais presque oublier. Avant de rencontrer Canillia, avant qu'elle ne me drogue, j'ai rencontré de nouveau Mazé'Yum.
Il m'a donné deux livres, des instructions, pas mal d'informations, et de quoi me faire respecter de l'agent maraudeur, pour entrer dans le camp de la source cachée. Le temps presse, il est l'heure.
Show topic
Last visit Sun Aug 14 16:22:01 2022 UTC
P_:

powered by ryzom-api