ROLEPLAY - Ryzom Community Forum https://app.ryzom.com//app_forum/ Wed, 26 Jan 2022 06:03:42 +0000 ryApp::FeedBuilder 15 ROLEPLAY - Ryzom Community Forum https://forums.ryzom.com:443//images/rz_ryzom_logo-144x47.png https://app.ryzom.com//app_forum/ <![CDATA[Canillia Altae Di Sylengi homine aux doigts agiles]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/30323/34#205782 Tue, 25 Jan 2022 20:21:25 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205782
]]>
Canillia
<![CDATA[Le prisonnier volontaire / Lettre à destination Sève]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/32015/2#205775 Mon, 24 Jan 2022 14:47:29 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205775

Sage Sève,

J'ai malheureusement rompu ma promesse et quitté Zora, malgré ce que nous avions convenu vous et moi. Les gardes de la cité ont en effet laissé entrer Nikuya, qui a tenté une seconde fois de m'assassiner.

Ainsi s'achève donc ma détention. Sachez que si, par mon départ, je vais soulager les habitants et la garde de Zora de mon inquiétante présence, j'ai pour ma part beaucoup apprécié ces quelques saisons passées en compagnie des vôtres.

Si certaines des rares personnes avec qui j'ai sympathisé questionnent mon départ, convainquez-les de ne pas me chercher. Il en va de leur sécurité.

Merci pour votre confiance et votre accueil.

Vao
]]>
Kigan
<![CDATA[paya-lo]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31959/7#205755 Sat, 22 Jan 2022 00:12:41 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205755
Lui dire en chemin, voilà tout. Lorsque les nouvelles terres sont suffisamment loin derrière eux pour que rebrousser chemin ne soit plus une option.

Et comme si il ne s'en doutait pas !! Bon, il faut dire qu'ils en tenaient une sacrée couche, ce soir là. Les réserves de Lydix avaient bien diminuées, aussi. Mais quand même, une soirée pareille, on s'en souvient. Du réveil aussi. Surtout du réveil.

Lui dire en chemin, simplement. Azazor, mon p'tit fyros, ce dont tu te doutes, eh bien, c'est vrai. En plus, bon, il te ressemble. Un peu. T'façon, ça ressemble à rien au début, un bébé fyros. Quoi, tu ne te doutais de rien?

C'était possible, qu'il ne s'en doutasse pas. Il passait le plus clair de son temps à peaufiner ses cartes, tandis qu'elle s'occupait de l'aspect logistique. Il ne posait pas de questions lorsqu'ils se rencontraient pour faire un point, et pour leur entrainement. Traverser le couloir brulé, de nuit, sans aucun vêtement, tout en étudiant l'aptitude des kitins à les repérer, et en améliorant leur aptitudes à leur passer entre les mandibules. C'était, la plupart du temps, encore un petit peu douloureux.

Lui dire en chemin. Il est de toi, tu le savais. Tu n'es même pas venu le voir, parce que tu avais peur d'en avoir la confirmation, et de devoir assumer. Tu aurais pu, les appartements Thesos ne sont pas bien loin du bar.

En voilà une bonne solution. Ou alors, ne rien dire, jamais, du moins pas avant leur retour. C'était peut-être mieux.

En attendant, préparer. Se préparer, à toute éventualité.

Un mektoub de monte, chacun. Qui ne transportera rien d'autre que sa propre nourriture, en plus des fyros. Ça épargnera l'usure de leurs bottes un moment. Lorsque les mektoubs ne pourront plus avancer, il s'agira d'en faire un bon repas. Une armure lourde, des outils, une pioche. Quelques armes, de quoi fabriquer des amplificateurs et bijoux, ou des vêtements de bonne qualité. De la viande séchée, quelques fioles d'ocyx. Il va falloir rationner, et la shooki est trop volumineuse pour être emportée. Sauf peut-être un tonneau pour les premieres semaines. Rencontrer ce ranger, aussi.

Entre temps, écrire. Laisser un journal, le journal de sa vie de fyrette. Elle reviendra, afin de raconter, de vive voix. Elle reviendra. On ne sait jamais.

Laisser aussi une lettre, dans l'éventualité.
Une lettre, la plus importante de toutes. Une lettre destinée à sa fille disparue des années auparavant, et dont elle avait toujours remis les recherches à plus tard. Par peur de découvrir une vérité peut-être insoutenable, ou par fuite. Il n'y avait de toute façon que peu d'espoir. Toute sa vie, la fyrette avait oscillé entre ce sentiment d'impuissance, de deuil et de culpabilité, et cette espérance, cette certitude qu'un jour l'inimaginable se produirait.

Écrire. Et en attendant, fuir.]]>
Eeri
<![CDATA[kün geyum]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/32012/1#205751 Fri, 21 Jan 2022 19:44:17 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205751 Journal de bord d’Azazor
Holeth, Winderly 18, 1st AC 2617

C’est décidé, nous partirons pour les Anciennes Terres avec Eeri dans quelques cycles. L’annonce devant les amis du CEK ne fut pas facile. Le regard de reproche de Wixarika surtout. Pourtant tu aurais dû t’en douter ma fyrette ardente. Si je t’ai formé, c’est pour que tu prennes ma place. L’Empire a besoin d’un akenak avec des idées neuves, pas d’un vieux bourru indiscipliné comme moi. Évidemment, ils ont essayé de m’en empêcher. Mais ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’Eeri ait fait un gosse entre temps. Un gosse, Eeri ?! Ramèch ! Bien sûr, elle devrait rester pour l’élever. Mais c’est comme essayer d’arrêter l’avancée des dunes de sciures. Plus têtue qu’un bodoc celle-là. Et tant mieux. Je préfère qu’elle m’accompagne, mais j’oserai jamais lui dire.

Des années que je prépare cela. Des années à lire et relire les anciennes chroniques que j’ai réécrites sur cuir de varinx et stockés chez moi. Des années à peaufiner ma vision de ces terres oubliées.
La ranger Dorothée a élaboré une carte un peu plus détaillée que celle que j’ai donné à l’Académie Impériale. Elle est surtout plus solide pour que nous l’emportions durant notre voyage. Je ne suis pas complètement d’accord avec certaines choses, notamment sur l’emplacement du récif de Baldos. Mais globalement, ça me semble bon. D’ailleurs, le Dua, Pluvia 8, 1st AC 2617 nous avons rendez-vous avec Barmie Dingles pour que celui-ci nous renseigne un peu mieux sur la géographie des Anciennes Terres. Il apportera sans doute des modifications sur la carte et peut être quelques conseils pour éviter les kitins. J’espère juste qu’il ne va pas tenter de nous dissuader. Non pas que je puisse céder. Mais ça risquerait de vite m'énerver. A 63 ans, on a passé l’âge d’être materné. J’ai même jamais été materné, ma pauvre mère est morte en couche.

Je m’égare, comme toujours. Bref, après cette rencontre, ce sera le départ. Il nous faudra peut-être encore quelques semaines pour fignoler les préparatifs. Avec Eeri, on essaie de se voir régulièrement pour cela. Bientôt, nous passerons des années ensemble, alors que cela fait des mois que nous ne nous sommes pas vu. Elle a changé d’ailleurs. Plus fatiguée. Sûrement son gosse. Je me fous de qui est le père. J’espère juste qu’elle n’a pas perdu de sa combativité. Je compte un peu sur elle. Ces dix dernières années, je les ai plus passés dans les couloirs de l’Académie Impériale que sur les champs de bataille. Eeri, c’est un peu mon bras armé. Moi la tête, elle les jambes. Ramèch, si elle lit ça, elle me tue. T’en fais pas Eeri, je sais que t’es pas qu’une paire de muscles. On survit pas à ce que t’as pu endurer sans un minimum d’esprit. Et de l’esprit il en faudra là-bas. Sûrement plus que des muscles.
]]>
Azazor
<![CDATA[Rapport d'un garde de la Théocratie]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/32008/1#205737 Tue, 18 Jan 2022 17:26:40 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205737
Le garde était quasiment sûr que son chef lui avait demandé ça pour se simplifier la vie sur son propre rapport. Ça, ou alors c’était une excuse pour le tenir loin des activités habituelles des gardes. Il avait entendu quelques rumeurs concernant son éventuelle mise en repos « sans limites de durée ». Comme si c’était de sa faute s’il était là chaque fois qu’une Antekamie faisait une connerie !

En transpirant beaucoup et en faisant de gros pâtés sur sa feuille, Wu Xong rédigea son rapport.

Extrait du rapport
Ce 8 Pluvia 4th AC 2616, j’étais de garde aux portes de Zora. Vers 16h, j’ai vu approcher une zoraïe avec le masque d’une antekamie, que j’ai cependant rapidement identifié comme étant Nikuya, reconnue par la Sage Sève elle-même comme étant une Initiée et zoraï-goo repentie.

Wu Xong s’arrêta soudain, saisi d’un doute. Il savait que Nikuya a une sœur jumelle, qu’il n’a jamais croisé. Et si c’était la sœur qui avait fait une mauvaise blague ? Ho le bordel, s’ils se mettaient à tirer à vue sur une Initiée qui n’est pour rien dans l’affaire… devait-il l’indiquer dans son rapport ?

Et puis toub. Que les grands pontes se débrouillent. Pour sa part, il était d’avis de commencer par taper d’abord tous les gookwais et de faire le tri par la suite. Et de droguer suffisamment ceux qu’on gardait en prison pour qu’ils se tiennent tranquilles. En fait, tous les mettre dans un trou et refermer derrière, c’était aussi un bon plan.

Luttant contre le mal de tête qui essayait de faire exploser son crâne, il reprit sa laborieuse transcription.

Extrait du rapport
Elle m’a fait signe d’approcher, me reconnaissant sans doute comme étant celui qui lui avait annoncé la disparition de sa mère.

Sale affaire, ça aussi, toujours non élucidée. Sève voulait libérer Gia'suki, et les gardes étaient d’accord : ne plus entendre cette sale ragus hurler aurait fait plus pour l’équilibre de la Théocratie que de la garder loin des civils. Mais des Initiés s’étaient opposés à sa remise en liberté, et ça avait traîné, encore et encore.

Et pendant ce temps qui se tapait les insultes et les horreurs de la grosse Antekamie ? Les gardes, dont Wu Xong. Il n’était pas le seul que ça rendait fou.

Puis Ma-duk (ou quelque chose d’autre…) avait décidé à la place des zoraïs. Un matin, en amenant le plateau repas à Gia'suki, Wu Xong avait trouvé la cellule déserte et arrosée de goo. À l’odeur, pas moyen de se tromper, c’était bien de la goo et non une imitation violette. Il avait déclenché l’alerte aussitôt et les gardes avaient passé la journée à ratisser Zora puis les Cités de l’Intuition, sans arriver à mettre la main sur l’évadée. Ils avaient fini par renoncer ; elle avait dû retourner dans sa tribu. Bon débarras.

Mais après cette journée pénible, alors qu’il pensait profiter d’une bonne pause au bar avant de rentrer chez lui, il avait croisé tout un groupe d’Initiés et de trykers qui lui avaient demandé des informations. La bande de nabots qui trainait dans le coin depuis l’assemblée… des espèces de délinquants modèle réduit, toujours à piailler comme des yubos mais plus pénibles que des gingos, se comportant en territoire zoraï comme en terrain conquis. Mais il y avait aussi des Initiés. Ukio, pas les plus fréquentables : Jazzy était aussi une demi-portion suspecte ; Nikuya avait le masque trop mutilé pour être honnête, et Ylang Hao… il avait entendu des trucs sur elle, qui incitaient plutôt à lui laisser le bénéfice du doute, mais elle trainait quand même avec des gens pas nets.

Ils avaient donc expliqué ce qui s’était passé, la disparition de l’Antekamie d’une prison pourtant bien close et surveillée. Sui'Deng, son stagiaire, avait laissé échapper un peu trop d’éléments. Vu les réactions de certains et en particulier de celle qui s’appelait Kyriann, Wu Xong aurait bien mis tout le monde au trou et avec une sacrée dose de thé de yelk pour voir ce qu’ils avaient à dire sur ce qui s’était passé. Il était sûr qu’ils n’étaient pas innocents. Sauf qu’il n’avait pas le droit de faire ça et les hauts gradés n’allaient pas se bouger, vu comme c’était parti.

Wu Xong secoua le masque, revenant au présent et à ce fichu rapport.

Extrait du rapport
Je me suis un peu écarté des gardes mais sans dépasser la limite règlementaire. Elle a sorti des médaillons de son sac. Elle a dit que j’étais le dernier sur sa liste. J’ai demandé de quoi elle parlait et elle a dit que j’étais sa proie. Comprenant qu’elle avait enfin décidé de montrer son vrai masque, j’ai commencé à reculer vers les collègues. Ils étaient trop loin pour avoir entendu.

Je me suis rappelé qu’elle était devenue très proche de certains Initiés. Je lui ai demandé ce qu’elle avait fait d’eux. Elle n’a pas donné de réponse précise et m’a attaqué. Les collègues sont arrivés un peu tard. L’Antekamie en a envoyé quelques autres aux Kamis. Le temps qu’on revienne de résurrection, elle avait disparu.

L’alerte a été transmise à toutes les villes. Nikuya n’est plus Initiée et s’est déclarée ennemie de la Théocratie.

Après vérification, l’Initiée Ylang Hao, qui devait veiller à l’acclimatation de la zoraïe-goo, a disparu depuis plusieurs jours. Aucun indice ne permet de savoir ce qu’elle est devenue et si cela a un rapport avec son ex-protégée.

Wu Xong hésita un peu sur la fin. Comment on terminait un rapport ? Il devait noter uniquement le factuel, ukio, mais est-ce qu’il ne fallait pas écrire noir sur parchemin les derniers détails ?

Re-toub. Il avait dit sa façon de penser au caporal. Ce qui, en y repensant, lui avait valu le privilège douteux d’écrire ce rapport.

Ouais, il n’avait pas besoin de préciser que dorénavant, les gardes des villes allaient tirer à vue sur tout ce qui ressemblerait à un masque abimé. Ça allait bien, ces histoires de pardon et de faire ami-ami avec les vilains hérétiques.

Si Sève voulait apprivoiser d’autres gookwai, qu’elle les parquent dans un enclos en dehors des villes. Ce n’était pas aux honnêtes initiés de supporter ces dégénérés…]]>
Wuxong
<![CDATA[journal de AELYNE fille de Pom et d'un inconnu]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31780/18#205630 Thu, 23 Dec 2021 13:06:24 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205630 Salut Journal

ça fait longtemps que je suis pas venu "causer" avec toi.
J'espère que tu m'en voudra pas.

Mais tu comprends, j'ai pas mal chercher dans les archives et les bibliothèques du royaume et de la Fédération.

Pour Ezek c'est compliqué.
tout ce que j'ai pus lire le décrit comme un homin pas fréquentable du tout.
Il semble qu'il ai été emprisonné dans les Lochi.

Il a fâché suffisamment de monde contre lui pour que beaucoup s'unissent pour le capturer.

Sa trace a été perdue à FairHaven...
Certain pense que sa graine de vie aurai été détruite...

J'ai retrouvé l'un de ceux qui gardait la prison:
Il était vieux et imbibé de bhyre.
Mais il se souvenait avoir laissé seule avec Ezekiel une Zoraï qui avait les "autorisations nécessaires".
Quand ils sont revenu l'homine et Ezekiel avait disparu.

le nom de Ny'Jazzy apparait par fois.
je dois le retrouver pour l'interroger.

il faut aussi que je trouve Nizyros qui semble l'avoir fréquenté.

Enfin, j'ai trouvé le nom d'une Zoraï qui semble associé à lui : Ylanghao

Voila mon Journal, je continue à chercher...

Au Fait, Fleur veut me parler.
Je vais encore me me faire enguirlander pour je ne sais quoi...

Seelagan.
]]>
Aelyne
<![CDATA[En quête de soi.]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31938/2#205605 Sat, 18 Dec 2021 16:41:44 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205605 Il faut dire que l'esprit de Jazzy est malmené depuis quelques temps par la faute de cette vieille sorcière antékami.
Mais ce qui était certain, c'est qu'il n'avait jamais reçu la moindre nouvelle, ni de la guilde de Try, ni de la fédération, concernant sa requête. Il savait qu'il y avait déjà fort à faire entre les festivités d'Atysmas dans les lacs, la mise en place des alarmes pour maraudeurs... mais bon... Il allait essayer de s'en souvenir et d'en parler à Eolinius dès qu'ils se reverront.

En attendant, le Tryker avait trouvé certaines réponses à ses questions angoissantes qui le hantaient. Suite à ses rencontres et mésaventures, Jazzy savait qu'il n'y avait jamais de hasard sur atys, des vérités s'étaient offertes à lui.
Il etait rassuré d'avancer dans sa méditation mais effrayé de découvrir la nature, la culture et le passé aussi sombre que proposait la jungle. Comment pouvait-il savoir que le pays de la sagesse, de la tolérance et de la nature pouvait cacher un coté sombre et aussi démoniaque?

Le baiser pourpre...
Un cadeau de la tribu antekami que Jazzy méconnaissait...
Le résultat d'un entretien avec Giasuki la sorcière...
Les effets de la goo sur le corps homin...
La puissance de guérison de Tao Sian...

L'équilibre naturel se révélé à lui, pour obtenir quelque chose, il faut payer le prix d'une manière ou d'une autre...
Il devait rester auprès de ses nouveaux amis, pour supporter cet environnement encore inconnu malgré tout...]]>
Jazzy
<![CDATA[Cantique pourpre]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31939/7#205593 Wed, 15 Dec 2021 03:37:52 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205593
L’Antekami posa sa main sur le chapelet que lui avait offert Ylang Hao. Les billes chantaient au gré du galop de sa monture. Un jour pluvieux au bord des Eaux Paisibles, l’Initiée lui avait fait promettre de ne jamais lever sa main sur elle. Curieuse demande. Quelle victoire pouvait représenter un acte aussi bas de toute façon puisque l’homine n’était ni guerrière, ni mage. Si frêle, si fragile et pourtant... Nikuya avait promis et dans un petit coin de sa tête, sans en prendre pleinement conscience, elle avait aussi fait le choix de la protéger. 

Elle aimait l’emmener au temple pour qu’elle puisse prier ses démons kami, l’accompagner au marché, prendre le chai sous le jayazeng. Faire des choses qu’elle ne faisait pas avant, qui lui semblaient dénuées d’intérêt tellement elles étaient simples. Elle aimait contempler cette douceur infini sur le masque d’Ylang Hao.

L’Antekami s’enfonçait dans son rêve.]]>
Nikuya
<![CDATA[Antekami Kaze]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31166/8#205564 Tue, 07 Dec 2021 23:58:04 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205564
Mais les Antekamis refusaient de parler de Gia'Suki. Ils détournaient la conversation, comme le fait tout Antekami qui a un problème : avec force insultes et déclarations sans aucun rapport avec le sujet. Mazé'yum supporta cela environ une demi-heure, avant d'en choisir un à sa taille et de lui appliquer le contre-interrogatoire antekami typique.

Il détestait ce genre de bagarre stupide. C'était comme ça que ça fonctionnait, ici, mais il allait encore en sortir avec de la couture à faire. Quelques instants plus tard, une partie du camp était en train de se rouler dans la poussière, de se mordre, de se rouer de coups. Mazé'yum avait réussi à se concentrer sur un adversaire ; sa façon de se battre était plus méthodique que celle des autres, ce qui lui donnait un avantage.

Quand les choses se furent un peu calmées, la pression retombant, l'antekami malingre avait enfin rapidement expliqué ce qui se passait.

Gia'suki avait été emprisonnée par la Théocratie.

À mesure que les implications de cette perte s'imposaient à l'esprit de Mazé'yum, il sentait la panique le gagner. Gia'suki et l'enfant qu'elle portait étaient importants, extrêmement importants. Leur disparition était terrible. Pour les antekamis, qui perdraient une de leur meilleur leader et leur mère la plus solide ; pour les tribus pourpres, qui verraient l'affaiblissement d'une tribu dont le rôle était essentiel ; pour la Pourpre qui verrait ses plans mis à mal ; et enfin, problème bien plus grave, pour Mazé'yum lui-même sur qui tout allait retomber à un moment ou un autre.

Il fallait la faire sortir de là. Rapidement, avant qu'elle accouche.

L'Esprit était-il au courant ? Probablement. Elle avait peut-être des consignes. La priorité était de la trouver ; mais s'il ne tombait pas sur elle d'ici la fin du jour, alors il devrait envisager d'autres solutions.]]>
Mazeyum
<![CDATA[Pour quelques frippos]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31470/19#205563 Tue, 07 Dec 2021 20:51:30 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205563 - Mais??? C'est à moi, ça? Qu'est-ce que ça fiche ici?
- oh, ça trainait sur une table, j'ai bien failli faire le ménage avec, tiens.
- Depuis quand...? Mais c'est une catastrophe !
- Je suis là pour servir des shooki, par pour faire attention à ce genre de choses, grogna Lydix.
- J'espère que toute l'écorce ne passe pas par ton bar pour lire ce qui traine sur les tables...
- ce qui étonnait le plus de monde, d'ailleurs, ce sont les petites choses qui ont été effacées. Là, le petit coeur, pas loin de ce "Jazzy".
- JUSTEMENT !!! Cache ça !!
- Et ce curieux dessin entre cette Gia'Suki et le symbole du centre. C'est le même père?
- ... toub, de toub, de toub, de toub.]]>
Eeri
<![CDATA[Les fables de Feinigan]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31745/8#205541 Tue, 30 Nov 2021 23:25:22 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205541 l’assemblée des cercles. Il fredonne tout seul en faisant passer ses dés entre ses doigts et autour. C’était décidément une belle assemblée et une bonne soirée. Il aurait juste bien aimé pouvoir partager ses impressions en direct avec son compère Feinigan, mais celui-ci a disparu de la circulation après son coup d’éclat. Ba’rakha sourit tout seul. Dommage, il est parti trop vite et n’a pas entendu la menace de Maze’Yum. Ça l’aurait sûrement motivé à rester, tiens.

La cheffe est à son bureau, plongée dans des papiers qu’elle met prudemment à l’abri quand il arrive. Ce n’est pas qu’elle n’a pas confiance mais… elle n’a pas confiance. Le sourire de Ba’Rakha s’agrandit. Si elle le laissait fouiner trop facilement, ça serait mauvais signe. Elle le toise de haut un moment – forcément, c’est plus facile quand on est une Zoraïe et qu’on parle à un Tryker.
« Tu as l’intention de faire ton rapport un jour ? Ou c’est juste pour le plaisir de me faire perdre mon temps ?
– Vu que Fein ne met plus les pieds ici, je me suis dit que t’avais peut-être envie d’un nouveau Tryker de compagnie.
– Né. Ça a donné quoi aux Cercles ? »
Bon. Il ne s’attendait pas vraiment à réussir, mais il s’en sort plutôt pas mal sur ce coup-là. Il range ses dés dans la bourse à sa ceinture, se passe les mains dans les cheveux, et raconte sa soirée.
« Alors… Il neigeait, et Zora c’est salement gadouilleux quand il neige. Mais bien sûr, les péquenots dans mon genre sont restés à patauger pendant que leurs saintetés se dandinaient sur le podium. »
La cheffe n’a pas l’air vraiment ravie de sa façon de faire son rapport, mais elle le connaît et elle laisse couler. Pour l’instant. Ba’Rakha n’est pas aussi cinglé que Fein quand il s’agit de la cheffe, mais on est joueur ou on ne l’est pas. Il continue tranquillement.
« Vu que la dernière assemblée date au moins d’avant l’Essaim, plus personne ne connaissait les règles, donc Sève a été obligée de les rappeler, la pauvre. Les grands en haut, les p’tits en bas, ce genre de choses. Pour les armes, elle a été un peu plus coulante. J’aurais pas cru, mais y’a une initiée qu’a pu garder ses amplis. Comme quoi, y’en a au moins une qui sait que les règles, c’est bon pour les crétins qui veulent bien les suivre. »
La cheffe ne relève même pas. En même temps, ça fait longtemps qu’elle ne suit pas d’autres règles que les siennes. Et personne dans la Compagnie n’est assez crétin pour les suivre à la lettre, juste assez pour obtenir les résultats qu’elle attend. Ba’Rakha adore son boulot.
« C’était rigolo de voir le garde hésiter à taper une initiée, mais comme je disais, Sève a laissé couler vraiment trop vite, et ils sont passés à la partie chiante. Les nouvelles des shizu… Ben y’a pas de nouvelles. C’est la dèche. Comme d’hab. À croire qu’ils passent leur vie à prier et à rien faire d’autre. Il paraît que les Senseïs s’appauvrissent. »
La cheffe lève le nez de ses notes et Ba’Rakha hausse les épaules en réponse à la question qu’elle n’a pas posée.
« An. Aucune chance. Ils sont juste encore plus radins que d’habitude si tu veux mon avis. Mais ça ne change pas grand-chose pour nous. Et l’autre shizu… je ne sais même plus qui c’était, pour te dire si leur actualité était paaaaaaaaaaassionante. »
Le Tryker en rajoute dans le bâillement.
« Et après, ça a continué dans le soporifique. Les ambassadeurs… Alors, visiblement, les anciens sont tous morts. Ou disparus. Ou morts et disparus. Donc Sève a trouvé deux nouvelles idiotes à qui refiler le boulot. Bigsbee, une Trykette des Senseïs, et Ylanghao, une Zoraïe sans shizu. »
Ba’Rakha a laissé tomber le dernier nom comme ça, mine de rien. Et la cheffe n’a – presque – pas réagi. Il rigole tout seul, pas vraiment inquiet du regard qu’elle lui lance.
« Tu me payes pas pour me balader sur l’Écorce le museau au vent comme le premier yubo venu. Je ne me mêle pas de tes affaires, c’est entendu, » enfin, pas trop, et de préférence sans se faire pincer « mais je savais bien que tu gardais un œil sur cette histoire. Ben voilà. Elle est ambassadrice. Mais t’inquiète, elle a l’air aussi coincée que les autres. Après, le Matis nous a joué la sérénade du mariage de leur Karin. »
Ba’Rakha joint les mains d’un air énamouré, met la bouche en cul-de-poule et bat outrageusement des cils. Ça ne fait pas sourire la cheffe. En même temps, qu’est-ce qui la fait sourire, hein ? Le Tryker reprend une attitude plus normale.
« Bon, et il n’a pas dit avec qui, mais comme le principal intéressé ne le sait probablement pas non plus, c’est de bonne guerre. Et le Tryker a fait tout un plat de leur nouveau système d’alarme. Rien de nouveau, je te dis. Franchement, à ce stade, je me demandais même pourquoi j’étais venu. Le seul truc drôle, c’est le conteur qui s’est improvisé ambassadeur et qui a balancé une phrase sans queue ni tête. Mais personne n’a relevé. À croire que les Sages n’avaient rien écouté du blabla d’avant, et je les comprendrais franchement. »

La cheffe a fini de noter et regarde son subordonné avec une expression de patience exagérée.
« Si tu en venais à la partie intéressante avant que ma patience n’ait atteint ses limites ? »
Ba’Rakha s’esclaffe. Il sait que la cheffe a des réserves de patience inépuisable lorsqu’il s’agit d’atteindre ses objectifs. Il sort ses dés et recommence à jouer avec en continuant son rapport.
« Alors… La partie intéressante… Je reprends depuis le début, ou juste à la partie où cet abruti de chasseur de la Théocratie a accusé Eeri d’avoir gooifié la moitié du Pays Malade ? »
Vu la tête de la cheffe, il n’a pas besoin de reprendre au début. Ils en savent tous les deux largement plus que la Théocratie sur les détails logistiques de l’histoire, et aucun des deux n’ira jamais en parler à qui que ce soit.
« Ouais. J’me disais bien. Donc Sève a demandé à Eeri sa version des faits. Avec toute l’empathie, la chaleur et la compréhension des passions homines qui caractérisent les Zoraïs, hein. » Ba’Rakha ricane tout seul. « Donc Eeri leur a mis le nez bien profond dans leur phobie de la goo, et leurs contradictions quand il s’agit de l’affronter. Et aussi leur manie d’envoyer les Trykers se faire gooifier à leur place. Elle a toujours eu un foutu caractère, et ça s’est pas amélioré depuis qu’elle a pris du poids. Je ne crois pas qu’elle soit au courant de l’époque où les Zoraïs avaient des esclaves trykers, sinon je pense qu’elle le leur aurait balancé à la tronche aussi. »
Le Tryker fait une pause pour réfléchir à ce qu’il vient de dire et secoue la tête.
« Mouais. Elle aurait peut-être pas eu le temps, parce que tout le monde s’en est mêlé à ce moment là. Ylanghao, qui a l’air de faire une fixette sur les tribus à goo, va savoir pourquoi. » Il ne regarde pas sa cheffe et elle ne le regarde pas. Ils savent très bien pourquoi. « L’ambassadeur tryker qui lui fait une fixette sur Maze’Yum et a l’intention de tout lui coller sur le dos. Les Drakani qui étaient là et qui n’étaient pas au courant qu’ils avaient juste le droit de la fermer. En même temps, je crois pas qu’ils l’auraient fermée s’ils avaient su, ils aiment bien partager les emmerdes. Et la moitié des initiés s’est réveillée pour répéter en boucle que la goo c’est pas bien, pas bien, pas bien. Sans parler du seul Éveillé du tas, qui a sorti un texte soi-disant officiel de je ne sais où pour dire la même chose… Ça faisait un de ces bazars… Encore mieux qu’une assemblée des Taliari. »
Ba’Rakha a les yeux qui brillent à ce souvenir.
« Le sommet, c’est quand Sève a suggéré de demander réparation à la Fédération sous prétexte que Eeri est citoyenne… J’ai cru que tous les Trykers allaient lui sauter dessus, mais Kyriann a à peu près réussi à calmer toute sa couvée, pendant que ça discutait mesures de rétorsion sur le podium… Une belle occasion de gâchée... »

Le Tryker soupire, les yeux dans le vague. La cheffe a fini de griffonner ses quelques notes et attend qu’il se décide à continuer.
« Bref. Sève a demandé aux initiés. Et à l’éveillé, pardon, ouh là là, j’ai failli l’oublier, lui. De lui mettre leurs propositions par écrit. Autant dire qu’Eeri sera vieille et édentée avant que les Zoraïs aient décidé quoi faire de son cas. Sauf si Ylanghao arrive à les secouer. Elle a de l’énergie et une sacrée motivation, mais quelle trouillarde. Après tout ça, elle ne voulait plus parler des Antekamis. Sève l’a un peu bousculée pour qu’elle se lance et balance ce qu’elle avait sur le cœur et là... »
Ba’Rakha écarte les bras comme s’il attendait des applaudissements.
« Tada ! Jazzy… Tu sais qu’il s’est barré des Drakani pour aller méditer » - on sent toute l’ironie du Tryker sur le dernier mot « dans la Jungle ? Ouais, j’m’en doutais. Donc Jazzy a insisté pour parler alors que la garde était en train de perdre ses nerfs. Et il s’est pris un bon coup derrière les oreilles ! Et c’est là que c’est devenu magnifique. La garde s’est mise à distribuer les coups. Sur l’ambassadeur matis dans les Lacs, qui était dans le public vu que c’était pas son secteur. Et rien que ça, c’était un pur bonheur. Et sur quelques autres. Dont Kyriann. T’imagines ? Avec tous les Drakani chauffés comme ils l’étaient autour. L’incident diplomatique de première ! Et, avant que tu dises quoi que ce soit, j’y étais pour rien, hein ! Mais du coup, tous les Drakani se sont faits expulser. »
Le sourire du Tryker devient pensif.
« Sauf l’ambassadeur, vu qu’il est ambassadeur, et qu’il avait pas bougé du podium. Je sais plus quand c’est, la dernière fois que j’ai vu quelqu’un se faire expulser d’une assemblée. À part chez les Matis, bien sûr. Mais ils sont tellement coincés que ça compte pas. Et au moins, ils ont la décence d’annoncer dès le début qu’on n’est pas à leur niveau et qu’il faut pas mélanger les bodocs et les ploderos… Enfin voilà… Après, c’est redevenu chiant. Ylanghao a fini de raconter qu’elle essayait de suivre les traces de Sève et de retourner une des Antekamis, même si elle a pas l’air d’avoir trop de succès pour l’instant, donc elle sera pas nommée Sage tout de suite. Voilà. »

La cheffe réfléchit un moment à tout ça. On n’entend que le bruit des dés qui s’entrechoquent dans la main de Ba’Rakha.
« Qu’est-ce que tu ne m’as pas dit ?
– Plein de choses. Déjà, l’ambassadeur tryker est parti fâché parce que personne ne voulait s’en prendre à Maze’Yum.
– Ça risque de changer ? »
Ba’Rakha n’en sait rien, et comme toujours dans ces cas là, il lance ses dés. Il sourit en voyant le résultat et les rempoche.
« Bien possible. Ce Tryker est franchement remonté, et je crois bien que les autres Drakani sont pas mal du même avis, quoi qu’en dise Eeri. Mais ils attendront probablement qu’elle ait perdu du poids, pour ne pas la contrarier.
– Je vois. Quoi d’autre ?
– Juste un ragot en passant. Faudrait surveiller Ylanghao et Jazzy…
– Ils conspirent quelque chose tu crois ?
– Nan. Mais elle s’est fâchée avec la seule personne qui comptait pour elle au point qu’il s’est barré dans les Anciennes Terres, elle vit une période difficile et stressante, elle a besoin de réconfort, et tout le monde sait que les Trykers sont doués pour ça... »
Ba’Rakha arbore un grand sourire malicieux sous le regard soudain glacial de sa cheffe.
« Dégage.
– Seelagan cheffe. Je te tiens au courant de l’avis des initiés. Dans un siècle ou deux. »]]>
Barakha
<![CDATA[La langue bute toujours sur la dent qui fait mal]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31949/1#205530 Sat, 27 Nov 2021 17:00:49 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205530
Pourtant aujourd’hui, sa concentration est perturbée, sa tête est plongée sur les derniers évènements survenus dans les lacs. Accompagner le jeune tryker Teagin jusqu’à sa tribu natale n’avait pas été une mince affaire. Pas par le fait de devoir convoyer un très jeune homin problématique et en conflit sinon par l’impact de devoir être tristement témoin de l’acharnement dont il a été la proie. Sa famille Drakani a décidé de le soumettre à une incessante batterie de questions, un interrogatoire ridicule afin de lui soutirer des informations sur Eeri. Oui, se dit-elle: quelque chose ressemblant à un garde à vue très singulier. Il va sans dire que le jeune tryker à part de raconter des bêtises et des balivernes inspirait beaucoup de curiosité à sa famille, chose qui a bien déçu la fyros qui les a crus toujours plus intelligents. En plus, tout ceci ne faisait que soulever des suspections contre Eeri parmi les accompagnateurs présents. Des présupposés que ne faisaient qu’aggraver la réputation de son amie. Et pourtant, Meany avait promis...avait promis...

Subitement, Wixarika donne un furieux coup de poing sur la table. Elle connait bien son caractère intempestif et décide qu’il est hors de question de se présenter à la prochaine Assemblée des Cercles. Elle n’allait pas mettre pour l’instant son tout nouveau poste en danger. Le fait d’imaginer à devoir contempler certains homins s’ériger comme le vif exemple d’être au-delà du bien et du mal sur certains sujets, la corrode. Le tonnerre pourrait l’envahir et elle ne veut pas commettre si tôt la typique maladresse de débutante. Elle se doute aussi que la Théocratie n’oubliera pas d’aborder le sujet des derniers incidents dont Eeri et Mazeyum sont les points de mire. Comme eux, elle considère que si pour protéger l’existence des homins il va falloir aller jusqu’à l’illégalité, Wixarika ne vacillera pas une seconde. En ce qui concerne les sombres nouvelles du désert, Wixarika attendra le bon moment et l’endroit pour se manifester après en avoir débattu préalablement avec le notable et grand akenak Azazor.

Wixarika se lève de la chaise et se dirige instinctivement sur le portrait pendu dans le mur de la chambre et murmure avec un tendre sourire: Lylanea, ma paix.]]>
Wixarika
<![CDATA[Les réflexions d'un ambassadeur]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31931/2#205525 Fri, 26 Nov 2021 13:10:52 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205525 Even the dear ambassador Nilstilar usually so cordial and pleasant who takes a blow by a dynastic guard. Eolinius wondered where this madness was coming from, as it seemed to infect everyone.

As for the root of the problem, Eolinius could not believe it. The wise Sève was stubbornly focusing on Eeri when the real problem was elsewhere. Eolinius had tried to mention MazeYum's name, but no one had listened, as if he were protected by the theocracy. Even if he didn't always share his opinions, the only person who still seemed to have some sense was YlangHao. Like him, she had sensed that something much more important was being prepared in the shadows. The warning signs were there, but no one could see them. The recent agitation of the goo tribes was alarming, as well as that of the marauders. With no Fyro ambassadors present, no one had mentioned the attack on Pyr and the theft of a document from the imperial academy. But the link was there. The stolen document was about the gooified Timaris, Timaris that the black circle had sent into the desert on the Bakers tribe. Was there a link between the marauders and the goo tribes? And between all the goo tribes? The thread was tenuous but there was one: MazeYum!
Each time he had been in one of these tribes, even if he denied it and said he had nothing to do with it.

Eolinius was decided to continue the investigation, accompanied by the few Drakani who had still kept a little lucidity. Decidedly, he couldn't count on these awake and initiated, a bunch of lethargic .]]>
Eolinius
<![CDATA[le filira Ordre Alkiane]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31906/3#205474 Sun, 14 Nov 2021 20:47:54 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205474 Yshangsu <![CDATA[fyraï]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31405/8#205393 Mon, 01 Nov 2021 21:42:54 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205393 gey-zakünIl est en train de fabriquer une rondache quand elle surgit derrière lui en criant. Ce n’est pourtant pas une nouvelle façon de saluer. Elle est simplement surprise de le voir ainsi vêtu d’un simple pagne. Qu’à cela ne tienne, ce sera justement l’occasion de lui expliquer son prochain entrainement.

Cela lui est venu après avoir entendu Barmie Dingles, le nouveau guide ranger fraichement débarqué des anciennes terres, discourir sur le danger mortel qu’il y a là-bas, sans possibilité de ressusciter quand on meurt. En effet, dans les nouvelles terres, les homins se sont bien trop habitués à ne plus craindre de mourir et du coup à ne plus apprécier le danger à sa juste mesure. Lui-même jusqu’à il y a peu de temps, aimait expliquer aux autres que la manière fyros de foncer tout droit sans se préoccuper de ce qu’il y a devant était la meilleure manière d’avancer. La fameuse géométrie fyros de la ligne droite.

Seulement, il avait tort. Une telle façon de se mouvoir, dans les anciennes terres, et c’est la mort définitive assurée. Aussi doit-il changer sa façon de penser. Il doit penser feu. Le feu progresse sur ce qui peut brûler. Quand il a en face quelque chose qui brûle mal, il fait un détour. Pour avancer comme le feu, il faut faire de même, en remplaçant ce qui peut brûler par ce qui est sans danger. Avancer dans les zones de confort, loin de ce qui peut tuer. Mais l’armure, nos auras, ont tendance à nous rassurer. Il faut pourtant qu’il ressente la même peur qu’il pourrait avoir dans un environnement complètement hostile avec la possibilité de mourir pour de bon. L’idée lui est alors venue d’enlever ses vêtements et bijoux. Fragile, faible comme un jeune homin n’ayant jamais participé à aucune chasse ni aucun combat, il peut retrouver cette sensation qu’il avait eu en arrivant à Pyr lors de ses seize ans. Même les gingos autour de la cité l’effrayaient. Maintenant, tout juste représentent-ils un bruit de fond sans importance.

C’est donc conscient de ce biais qu’il a développé cet entraînement. La course dans le couloir brûlé, sans équipement d’aucune sorte, et sans auras. Pour commencer, il ne parle pas de l’absence d’auras à sa disciple. Cela viendra plus tard. Il ne faut pas trop la traumatiser.
Celle-ci est effrayée. Non pas par le danger, mais par l’absence de pudeur qu’il y a à courir ainsi peu vêtue. Qu’à cela ne tienne, après négociation, et avec l'aide de sa matis qui vient de débarquer et qui curieusement apprécie le principe de l’entraînement, ce sera en légère de qualité médiocre, sans gants ni bottes. Les homines et leur pudeur...]]>
Azazor
<![CDATA[Mère et fils]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31369/4#205392 Mon, 01 Nov 2021 12:30:22 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205392
Infiniment plus confortable que la mousse humide des Primes.

Il fait beau, elle savoure pleinement la lumière sur son masque. Simple moment de bonheur, à remercier les kamis de l’avoir sauvé encore une fois, à prendre des forces pour les jours qui s’annoncent.

En se retournant vers la tour, elle remarque un zoraï en train de somnoler dans un coin. Un instant la terreur la saisit, persuadée qu’ils l’ont déjà retrouvée ; et puis elle reconnait le zoraï en question et son cœur bondit de joie.

Elle s’approche avec douceur, s’assoit à côté de lui, attentive à ne pas briser son sommeil brutalement.

— Ari'Kami.

Elle adresse une prière de gratitude aux Kamis dans ce simple mot du taki.

Elle scrute son masque. Même ainsi, endormi, il n’est pas serein, serrant les poings. L’ombre qui plane sur lui voile sa lumière.
— Ho, Wa'Laï, guzu, murmure-t-elle.

Elle a compris quelque chose, là-bas dans les ténèbres, à discuter avec les filles de Gia'Suki. Mais comprendre ne suffit pas à réparer. Elle a commis tant d’erreurs, et ses tentatives pour remédier aux problèmes ont conduit à des maux encore plus grands. Si seulement prier pouvait tout arranger. Mais à défaut de changer vraiment le monde, la prière apaise. Par habitude, elle cherche son chapelet, puis se rappelle que cela fait partie des nombreuses choses que les Antekamis ont gardées avec eux.

Son fils se réveille en sentant sa présence à côté de lui. Clignant des yeux dans la lumière matinale, il met quelques instants à se remémorer où il est et pourquoi il s’est endormi dans un endroit aussi inconfortable. Puis il voit sa mère et le changement sur son masque est fulgurant :
— Mi !!!

Un instant, un très court instant, il fait mine de l’enlacer, avant de se reprendre. Ylang Hao elle-même hésite, esquisse un mouvement, puis renonce à son tour. Ils sont là, ils sont ensemble : cela doit suffire. Elle voit passer sur le masque de son fils sa joie de l’avoir retrouvé, son inquiétude pour ce qu’elle a dû vivre, sa frustration de ne pas pouvoir la serrer dans ses bras, ses questions qu’il ne formulera probablement pas, et une étrange expression de honte qui le pousse à baisser le masque. Mais sous tout cela, il y a une colère sourde, ce qui effraie Ylang Hao plus que tout. Il n’a pas de raison d’être en colère à l’instant présent.

Ils s’installent sur le ponton. Il y a des choses à dire, même s’ils prendront sans doute beaucoup de temps pour les exprimer. Elle remarque comme il reste vigilant, surveillant tous les homins qui s’approchent. Finalement c’est lui qui commence :

— Pourquoi les lacs ?
— Je suis sortie de ce côté, je n’ai pas vraiment eu le temps de choisir. Ils m’avaient emmené dans les Primes et pris tous mes pactes, toutes mes affaires. Je n’ai pas voulu risquer de les recroiser en allant au Vortex du Bosquet de l’Ombre, ni traverser cette région ensuite.
— Ça n’a pas dû être facile d’arriver ici.
— Les Kamis m’ont aidé.

Manière élégante de dire qu’elle n’a pas échappé à tous les torbaks… mais qu’heureusement cela ne signifie pas la fin du voyage.

— Comment as-tu réussi à t’évader ?
— J’ai eu de la chance. Les Kamis veillent sur moi.

Haokan grogne, sa colère flamboie un instant, mais il se retient de dire quoi que ce soit sur le sujet. Ylang Hao choisit ses mots pour raconter son histoire. Cela lui brise le cœur de mentir à son fils, de devoir se comporter avec lui comme elle l’a fait avec les Antekamis, mais il n’est pas en mesure de bien réagir à certains détails :
— Il y a des Maraudeurs qui patrouillent dans les Primes. Ils attaquent tout le monde, même leurs alliés. J’ai profité de l’occasion pour m’esquiver.

Elle voit la façon dont il sert le manche de sa hachette avec fureur, et précise :
— Ce n’est pas la peine d’aller attaquer leur camp, cela ne changera rien.
— Le tour viendra aussi, répond Haokan d’une voie glaciale qui épouvante sa mère.
— La vengeance ne résout jamais rien. Et puis leur assaut m’a aidé, tu n’as pas de raison de leur en vouloir.
— Bien sûr, ricane Haokan. Ils ont tué les Antekamis, puis t’ont détaché et escorté aimablement jusqu’au vortex, sans doute. Peut-être même qu’ils t’ont soigné !
— Né. Bien sûr que ce n’était pas ça. Ils se sont contentés de tuer tout le monde sans distinction. Mais je suis libre, fii. C’est tout ce qui compte.

Il grogne, mais n’ajoute rien. Où est son fils doux et souriant, qui disait que les kamis n’ont soif que d’amour et que cet amour devait s’étendre à tout le monde ? Comme il a changé en quelques années…

— Fii, il y a plus important. J’ai parlé avec eux, durant mon enlèvement, je sais ce qu’ils veulent. Enfin, ce que veut Gia'Suki, surtout.
— Je me contrefiche de ce qu’elle veut. Elle va payer pour ce qu’elle a fait.
— Né ! Cela suffit ! Arrête ça !

Ylang Hao élève rarement la voix, et son cri est plus terrifié que grondeur. En d’autres époques, cela aurait cependant suffi à calmer son fils. Pas cette fois :
— Toi, arrête ! Cette situation dure depuis trop longtemps ! Après tout ce qu’ils t’ont fait, ils n’ont jamais été inquiétés, et ils peuvent se permettre de t’enlever encore aujourd’hui et… Jia ? Tu veux les laisser partir avec la bénédiction de Ma-Duk, pour qu’ils recommencent encore ? C’est leurs drogues qui te manquent ?
— Comment peux-tu dire ça ???

Ylang Hao se tait avant de dire des sottises, et Haokan se tait pour ne pas déverser toute sa rage. Il sait très bien ce qu’il va faire ; cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas été aussi sûr de lui. Gia'Suki avait fait la plus grosse erreur de sa vie, mais il pouvait presque l’en remercier : cela avait balayé tous ses doutes.

Ylang Hao finit par retrouver le courage de parler :
— Fii, je t’en prie, écoute-moi.
— Je t’écoute, Mi. Mais je ne veux pas entendre d’appel à la fraternité. Pas avec ces gens, pas venant de toi.

Un vertige la saisit. Comment faire ? Les plans de l’Antekamie semblent impossibles à arrêter. Seule, elle n’y arrivera vraiment pas.
— Ukio. Pas d’appel à la paix, alors. Mais j’aimerais te demander deux choses. En premier, je souhaite retourner dans la Jungle.
— Pour te faire capturer encore ?
— Parce que c’est chez moi, et ce n’est pas négociable. Je me suis exilée durant des années pour fuir les Antekamis, je suis lasse qu’ils décident de ma vie. Ma place est parmi les zoraïs et les Kamis, et je veux servir la Théocratie. Si tu m’aides à retourner à Jen Laï, je serais heureuse, mais sinon je me débrouillerais.

Haokan grommelle, mais n’envisage tout de même pas de kidnapper sa mère à son tour pour la garder dans un endroit plus sécurisé.
— On va rassembler un peu de monde pour t’accompagner. La route est dangereuse.
— Ari'kami. Le second point… Je ne suis pas d’accord avec toi. La Théocratie a agi. Elle a emprisonné une bonne partie des Antekami Kaze, elle avait même attrapé Ezek. Elle m’a aidé à briser les chaines qui m’entravaient et m’a permis de fuir. Sans les gens de la Théocratie, les choses auraient été bien pires. Donc, je vais demander une réunion des Cercles. Nous allons trouver une réponse collective au problème.
— Depuis le temps…
— Je ne veux pas entendre de critique sur les zoraïs. Tu n’es pas Initié, c’est ton choix, mais dans ce cas, ne te mêle pas des affaires de mon pays. Si tu veux te battre contre des Antekamis, fais-le quand la Théocratie sollicitera l’aide de tous pour ça.
— Et pendant ce temps je les laisse continuer à enlever et attaquer les gens ?

Ylang Hao secoue le masque. Elle n’aime pas ce qu’elle doit lui dire, mais il faut absolument qu’il arrête. Elle s’oblige à être aussi dure que possible.
— Ils n’ont enlevé personne depuis des années. Ils ne recrutent même pas tant que ça. Ils étaient calmes avant que tu ailles les voir, aussi calmes que des Antekamis peuvent l’être. Et s’ils m’ont kidnappé, c’était uniquement pour t’atteindre, toi. Ce sont tes actions qui m’ont mis en danger.

Haokan accuse le coup, plus durement que sa mère ne l’avait envisagé. Un instant son masque se fissure, elle entraperçoit le petit Nati qui essaie de toujours bien faire, puis sa colère flamboie à nouveau et il s’écrit :
— Évidemment, ça va être ma faute !
— Pour cette fois, tu as ta part de responsabilité. J’en ai aussi. Tu veux un laï-le Ban ?
— Certainement pas !
— Alors tu attendras l’avis de la Théocratie avant d’agir. Sinon, je demanderais un mandat d’arrêt contre toi en pays zoraï.

Cette déclaration finit d’achever Haokan :
— Jia ????
— Tes actions mettent tout le monde en danger. Tu ne veux pas écouter ce que j’ai à dire, ce que j’ai appris, lao. Tu es grand. Mais je reste ta mère, et je ferais de mon côté tout ce qui est en mon pouvoir pour te protéger. Tout. Y compris t’enfermer au temple pour éviter que ton histoire avec les Antekamis ne détruise tout.

Haokan se relève, détournant son masque pour qu’elle ne puisse plus le voir. Elle se sent mal. Elle aimerait revenir sur ce qu’elle a dit, lui demander pardon. Mais elle sait que c’est ce qu’il faut faire. Elle voudrait lui dire…
— Fii…
— Je dois rester ici pour veiller à ce qu’ils ne te reprennent pas, la coupe Haokan d’une voix pleine de tristesse. Je verrais si des gens de la Lune Éternelle et de Bai Nori Drakani peuvent me relayer. Dès que possible, nous te ramènerons dans la Jungle, comme tu le désires.
— Fii…
— Je ne veux rien entendre de plus. Je ferais ce que tu demandes. Mais je ne veux plus te parler.
— Fii…
— Je vais respecter tes demandes, eny pacty, ne me parle plus.

Ylang Hao se tait, immensément triste. Elle contemple le dos de son fils qui refuse obstinément de la regarder. Enfin elle secoue le masque, essuyant ses propres larmes, et retourne à l’appartement qu’on lui prête.]]>
Ylanghao
<![CDATA[Passé douloureux]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/27510/16#205249 Mon, 11 Oct 2021 21:50:30 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205249
[HRP]Le rêve précedant[/HRP]]]>
Siela
<![CDATA[Family meal]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/19571/6#205237 Fri, 08 Oct 2021 20:32:51 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205237 To enter the tree house. To ascend up to his parents' apartment.
To check his outfit. To breathe slowly. To pull himself together. To pretend everything was normal.
To knock on the door.
To blow out a last breath.

To smile to his mother who had opened the door.

The usual ritual of holeth lunchtime.

After the traditional prayer to Jena, a strange silence fell around the table. Even if it took Copal a moment to notice it.
His father's silence was not necessarily unusual. His mother's, however...

Copal forced himself out of his reverie. Had he missed a question? A remark?
His mother was looking at him. Seemingly waiting for something.

"Sorry lumnimae. I was thinking about something else.
- Or someone else probably."
His mother's smile was vaguely worrying. Copal glanced at his father.
He was eating calmly. But he paused to explain between two mouthfuls.
"If you wanted to be discreet, Avalae’s teleporter is not the best place for a rendez-vous."
He seemed oddly relaxed. Maybe even approving? Copal couldn't believe it.

But his mother was already chatting impatiently.
"What's her name? When are you going to introduce her to us?"
His father shrugged, as if to say that he didn't want to be involved in this.
Copal tried to evade.
"I can't introduce you to her right now. She just gave me permission to court her. I don't even know what she thinks of me."
That wasn't entirely true. It seemed to him that she wasn't completely oblivious to his company. But Copal wasn't sure he understood hominas. Especially this one.
And there was no question of introducing her to his mother for the moment!

"You can at least tell us her name anyway.
- She wears the colors of La Firme."
Now his father was getting into it.
Did he know enough about the inhabitants of Avalae to recognize a particular homina? Probably. It was part of the job.
But he didn't seem to want to say more. Concentrating on his meal.
To the great relief of his son. Who tried to apply the same strategy.

His mother seemed vaguely uncertain.
"La Firme? It's a good House."
He wasn't going to let his mother disparage it even unintentionally.
"It's a Noble House."
- Ah." That seemed to reassure her. "A homina of a good House. And from a good family I guess."
Copal stared at his plate. He was determined not to betray anything more.

"Isn't their leader a Fyros?"
His mother looked a little worried again.
Copal held back a sigh.
"Sil. Filira Zakkaria. He was also Royal Clerk for Avalae. But he retired. It is now Serae She-Peng who’s leading La Firme." He paused. "She is of zorai sap."
He wasn't really trying to shock his mother. But she seemed so provincial all of a sudden.
"And she's a Royal Minstrel."

His mother seemed torn between various feelings.
"You know all these people?
- Sil. I meet them at the Chamber of the Nobles. Or at the Karae Court. Or sometimes elsewhere in the Kingdom.
- You have become someone important. We are so proud of you, nya nidram."
He knew important people. This was not the same thing. But Copal did not feel brave enough to explain the nuance.
"I'm sure you've chosen a very suitable homina. And that you will introduce her to us soon."
Copal muttered a vague assent. And he was relieved for once when his mother moved on to the subject of the Karin's marriage.
Even though the speculative look she sometimes gave her son continued to worry him.]]>
Copal
<![CDATA[La chasse au dragon]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31861/1#205201 Sat, 02 Oct 2021 19:21:28 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205201
— Alors, demande-t-elle de sa voix rauque, qu’est-ce que tu en as pensé ?
— J’ai bien cru que tu allais le virer. C’était une technique fyros ?
— Une astuce de vieille dame. Il faisait le malin, on aurait dit… un tryker ! J’ai vérifié qu’il avait bien du sang fyros dans les veines.

Son interlocuteur soupire :
— J’aurais eu l’air fin si vous aviez sorti les haches, repeint la forge en rouge, et refusé de vous revoir.

Elle ne répond rien. Elle se demande ce qu’il aurait pu faire, si cela avait tourné au vinaigre, tout en étant certaine que lui-même n’en sait rien. Pour réfléchir plus à son aise, elle sort de sa poche une pipe au bois poli par des siècles d’usage, qu’elle bourre d’un mélange de sa composition puis qu’elle allume. Son acolyte l’observe faire des ronds de fumée un moment, avant de reprendre :
— J’aimerais bien voir où son chemin le conduira, celui-ci. Parfois, je me dis que c’est juste un fyros comme les autres. Mais il y a ce petit truc dans le regard, certaines choses qu’il peut dire… Oui, j’aimerais bien qu’il emprunte la route de fyrak.
— La prochaine épreuve risque d’avoir raison de lui.
— S’il ne réussit pas quelque chose comme ça, ça ne sert à rien de l’emmener plus loin. Quand on chasse le dragon, il faut s’attendre à croiser pire qu’une gentille petite kizarak et sa paisible cour des Nouvelles Terres.
— Les kitins blancs, hein ?
— Et d’autres choses. Il y a vraiment des trucs bizarres dans les entrailles des Primes.
— Cette épreuve reste tout de même difficile, pour un apprenti.

Le jeune homin éclate de rire :
— Surtout avec moi dans les pattes ! Je ne vais pas lui simplifier la tâche.
— Au moins, tu ne rechignes pas à t’impliquer.
— Ho, je ronchonne autant que possible. Mais cela fait partie du plaisir.

La fyros tire encore quelques bouffées, avant de changer de sujet :
— Tu penses que nous aurons de nouveau des sacrifices ?
— Tu l’espères ?
— Je n’espère rien. J’ai vécu trop longtemps pour croire que quoi que ce soit peut arriver. Mais je me souviens d’autres Chasseurs. Certaines questions amènent certaines réponses. Je ne sais pas si celui-là fera couler des fleuves de sang dans l’espoir de réveiller fyrak, mais puisque tu es impliqué, je n’en serais pas forcément surprise.
— Les sacrifices… C’est rigolo un moment. On kidnappe, on tranche des gorges, on se fait poursuivre par tout le monde, et on finit soi-même par nourrir de son sang le sol qu’on a auparavant imbibé de celui d’innombrables victimes. Très surfaits, les sacrifices, à mon avis. Même si on utilisait tous les homins encore vivants, je parie que cela ferait à peine frémir la paupière du Grand Dragon. Et avant ça, on aurait les Puissances qui s’en mêleraient. Tu imagines un peu le coût en résurrection, si on sacrifie à la chaîne ?
— Autrefois, les sacrifiés ne revenaient pas.
— Autre époque… et autres histoires. Il n’y a pas assez d’homins pour que les Puissances les laissent crever bêtement. Tous ceux qui peuvent être ramenés le sont.

Ils se taisent à nouveau, repensant à cet étrange fyros aux yeux rouges. À qui iront ses loyautés ? Chacun d’eux sait que le jeu est dangereux. La fyros est prête à prendre le risque : à son âge, on ne craint plus grand-chose, et les incendies qui ont forgé sa vie ont laissé leur trace. Elle ne faisait qu’attendre la fin avant que ce petit fyrakiste vienne la trouver ; ce qu’il lui propose lui donne une dernière occasion de voir avancer la quête d’une vie. Quant à lui, il a embrassé depuis longtemps une existence de feu et de flammes, et rien ne le fait plus vibrer qu’un risque inconsidéré. Peut-être que leur recrue est un fou qui les trahira dans sa quête de puissance, ou pire, un infiltré qui tente de détruire les derniers initiés de ce monde.

Quelle importance ?

Quand on commence à chevaucher le dragon, on perd le contrôle de sa destinée, et seuls ceux qui l’acceptent peuvent apprécier le voyage.]]>
Xymolaus
<![CDATA[Enquête sur les Kamis]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31522/3#205194 Fri, 01 Oct 2021 18:09:17 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205194
Il ne pourrait jamais être à la hauteur des véritables kamistes. Il y avait des gens mille fois plus compétents que lui pour faire ça. Il avait attendu durant des mois, essayant de trouver quelqu’un qui saurait mieux répondre à cette tâche que lui. Mais personne. Ce genre de chose ne semblait pas intéresser grand monde à présent. Lui-même se demandait à quoi bon… En fait, sans l’enthousiasme immodéré de cette trykette, et sans l’air de plus en plus las de son chef, il serait probablement en train de ruminer son spleen dans un coin du pays zoraï.

Mais en attendant que le Vide décide de tous les avaler, il fallait faire son devoir de bon kamiste. C’était finalement la seule chose qu’il savait faire. Ça et se battre. Pas très bien, dans les deux cas, mais c’était toujours mieux que rien. À force d’essayer, il progressait tout de même, à une allure d’escargot.

Il avait tenté de ne rien laisser transparaître de tous ces doutes dans les affiches qu’il collait dans les capitales. Il espérait aussi qu’il y aurait, à ce rendez-vous, un peu plus de kamistes que juste lui et Lorlyn…
"Affiches posées aux étables des capitales"
Vous vous posez des questions sur les kamis ? Vous voudriez en savoir plus ?

Retrouvons-nous le 0h - Tria, Germinally 9, 3rd AC 2615 aux Chutes mystiques, pour un échange autour de notre religion. Les curieux sont bienvenus, tant qu’ils se montrent respectueux des lieux et des personnes présentes.

Il avait longuement hésité sur la dernière phrase. D’un côté, se retrouver uniquement avec des kamistes aurait été plus confortable. Mais cela risquait de filtrer beaucoup de monde, et il y avait quelques non-kamistes qu’il appréciait bien. Il n’y avait aucune chance que l’un d’eux vienne, mais peut-être que des gens bien viendraient quand même et aideraient à ce que l’échange soit intéressant. Il aurait aussi bien écrit qu’il virerait à coup de hache le premier trublion qui viendrait critiquer les kamis, mais il soupçonnait que cela aurait attiré les amateurs de combat… or il voulait juste une discussion au calme. Il fallait espérer que tout se passerait bien.

]]>
Haokan
<![CDATA[Recueil de poésie matis]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/13748/50#205179 Wed, 29 Sep 2021 23:29:58 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205179 Deux mains
Deux coeurs, deux souffles, deux mains
qui se cherchent et se trouvent et demain
inséparables tel un alinea
dans la lumière de Jena

Mais une larme le rêve brise
de joie pourtant promise.
Une image rose a surgi
et l’ambre s’est ternie.]]>
Liostabezephy
<![CDATA[Un évènement princier]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31823/5#205082 Mon, 20 Sep 2021 08:02:00 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/205082
Elle découvre avec horreur la blessure infligée à la Filirae plante.

Elle se demande qui peut avoir oser une telle infamie .

Elle décroche l'épingle avec une infinis délicatesse, s'excusant auprès du Noble végétal.
Elle entreprend de soigner la plaie en maudissant le "Bestia" qui a osé ce sacrilège.

Puis, finalement, elle lit le "torche fondement".

la Nindën fronce les sourcils:

"....adventices!!! comment ose-t-il traiter les Filirae Matissae du royaume de mauvaise herbes...."

l'homine déchire un pacte pour se rendre rapidement au palais afin d'y remettre le document et rapporter qu'un individue a osé blesser la Rotoa d'Avalae

]]>
Canillia
<![CDATA[L'étude des symboles ou la symbologie.]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/30274/6#204933 Sat, 04 Sep 2021 12:12:16 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204933
Pyphollo a pu lui transmettre, lors d’une discussion fertile, ce que les membres de l’Académie Impériale ont pensé de ses précédents tomes sur la symbologie. Entre l’accueil plus ou moins mitigé aux quolibets ouvertement hostiles (notamment de beaucoup d’étudiants bien nés, quand lui venait des basses classes laborieuses), on ne peut pas dire que ce soit un franc succès. Mais qu’importe, cette discussion avec l’archiviste lui a été fortement utile. Il lui manquait de la matière pour appuyer ses propos, ce qui est chose faites, notamment avec cette fameuse tablette de Sulyrus.

La théorie qu’il a élaborée est bien plus cohérente qu’autrefois. Il y a encore des zones d’ombres bien sûr, mais sa théorie de la symbologie forme maintenant un tout explicatif du monde. Azazor espère que ce quatrième tome aura plus de reconnaissance auprès des érudits. Il prend soin de fournir un exemplaire auprès de la N'ASA en plus de la bibliothèque impériale.

L'étude des symboles ou la symbologie - tome 4]]>
Azazor
<![CDATA[Carnet de route n°3 / Road book n°3]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31769/1#204887 Wed, 25 Aug 2021 12:59:15 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204887 Sparàn juice with a few drops of Shooki, which was much more suitable for this time of year.

He took a new notebook, wrote number three on it and then turned the first page, applying himself to write the title of his new study: The Weapons of the Karavan.
Eolinius shrugged, thinking that Kyriann was going to say that he had reverted to his earlier whims while in training with the Silan Rangers. But he had long been intrigued by the Karavanists and their strange weapons. He had spent long periods of time in the Karavan enclave of Silan, seemingly nonchalantly waiting for someone who never came. As the Karavaniers did not use their weapons without reason, he had to provoke fate by going without being noticed to poke the caprynis who passed by, then come back whistling and prepare his device to lucio to catch the Karavaniers in the act. He wondered how he hadn't been caught spying yet, especially the day he'd had to hide his lucio device in a giant gingerbread to get close to the Karavan officer. They must have thought he was crazy. On another occasion, he had hung his camera on an izam in the embassy to get a view of the whole scene.

He intended to deposit his results in the Federation archives but was more reserved about contacting the FISHES centre. Although it was a Tryker research centre, its members had been in the news lately and not on the best of terms. The engineer Be'Arroy Arty sent to filter well water in the Fyros Hinterland was found after more than a decade with the Zorais, along with Emmen O' Banon, who also disappeared and was found in the jungle working on Goo. Also, until recently, the story of Orphie Dradius who was contacted just before her strange death in the kitin's lair by Be'Laroy Tepsen. It was getting to be a lot. There was also the N'ASA, Eolinius should perhaps say a word to them, he sometimes amused to hear the other scientists speak about their studies. However, he was also a bit dubious about the follow-up and what happened to their results.

Eolinius shrugged once more and began to write his report.















*To see also

the old road books of Eolinius:

Road book n°1
Road book n°2

]]>
Eolinius
<![CDATA[La chasse à la grenouille blanche]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31659/1#204511 Thu, 24 Jun 2021 22:51:18 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204511
D'abord dans tous les trous d'eau des Nations, puis dans certaines mares des Primes... pas de grenouilles blanches, même s'il avait trouvé des choses étranges et probablement monnayables.

Il avait fini par faire le tour des Académies, à la recherche d'un expert en grenouille. Il avait eu des recettes pour blanchir des peaux de grenouilles (ce qui n'était pas applicable aux grenouilles vivantes), des explications de pourquoi une grenouille pouvait être blanche, des probabilités sur la chance d'en croiser une vivante et naturellement blanche... mais rien qui lui aie permis d'en attraper jusque là.

Il se souvenait des mots du vieux zoraï qui fumait la pipe à l'extérieur du temple :
- Les grenouilles ordinaires, brunes ou vertes, représentent l'élan vital, l'amour libre de toute entrave, passager et éphémère. Les rouges symbolisent l'amour interdit, la passion dévorante et cruelle qui laisse des vies brisées. Les blanches sont l'expression d'un amour si pure et si rare qu'il en est presque impossible.

Il lui fallait au moins ça. Il lui fallait un élevage de grenouilles blanches, même : c'était évident qu'il y avait des dappers à se faire avec ça.

Puis il avait croisé Loustik au bar, et la demande de l'étrange homine (mais était réellement une homine ?) avait résonné avec sa propre quête. Le cheminement vers le pardon devenait de plus en plus tortueux dans les machinations de Feinigan. Il en était sûr et certain : les grenouilles blanches allaient tout réparer. Il suffisait d'en trouver.

Il y avait quelques mares des Primes qu'il n'avait pas encore visité, à cause de la faune féroce de ces lieux. Il n'était plus aussi habile qu'autrefois, il le voyait bien : trop de temps à boire des bhyr et traîner au bord de l'eau avait émoussé son sens de l'observation. Ça lui ferait du bien de jouer à cache-cache avec les patrouilles kitins.

Et s'il ne trouvait pas de grenouille blanche ici non plus, il irait soudoyer un scientifique pour arriver à décolorer des grenouille sans qu'elles en meurent. Après tout, ça ne devait pas être aussi compliqué que de rendre des plantes intelligentes.]]>
Feinigan
<![CDATA[Reports to the Academy / Bericht an die Akademie]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/22330/9#204506 Wed, 23 Jun 2021 08:02:43 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204506
When Salazar returned to the vast, empty rooms of his Order from the meeting of the Rangers at Almati, he was in deep thought and - to a certain degree - worried; less about the fact that the Rangers feared loss of support from the Nations, but about the reasons for the lack of that support.

Yes, of course the Rangers were either unduly secretive about their findings regarding the death of Orphie Dradius, or their scientists were simply not up to do their work properly, but in the latter case it would have been wise to include other scientists by the respective academies in their research. That they simply kept quiet alone would have been a good reason for raised doubts in their reliability. That the leaders wanted some sort of courtesy from the Rangers was not surprising, but just part of the game of politics, something an able diplomat could easily deal with.

The irritation was the fact that the leading officers of the Rangers, pretty obviously, never spent a single thought on the possibility that their leaders could pass away or vanish, and therefore did not prepare for a new leadership. They had no-one - especially with Melga Folgore declining to take the lead, not even for a transistion period - and now they asked the Rangers to come up with ideas to please the leaders of the various countries, while the officers themseves discussed to bring someone over from the Old Lands to step into Dradius' shoes. Until then they seemingly were like a snake whose head was cut off, wrigling and helpless, trying to survive - and waiting for a new head to grow.

Salazar shaked his own, sitting firmly on his shoulders.

That Akenak, Azazor - one whose arrogance could put an Uma Filar to shame - had a point in saying that the leader of the Rangers should just be the best man, not neccessarily one to please the leaders of the Nations, but in his somewhat charmless manner overlooked the fact that there was and is no-one in sight yet, that the Ranger officers are struggling since some time for a decision on a stranger who has no idea how the things are run in the New Lands. He also overlooked that the Rangers enjoy their freedom not least because they receive support from all Nations.

Salazar filled an amber cup with wine and took a swig of it. Then he sat down on his table and looked at his quills. He had thought about a report to the Academy, but what should he write? To point out the crisis of the Rangers would weaken them even more - and it would be of no use to anybody.

So he simply took another swig ... and went to bed.
]]>
Salazar
<![CDATA[Journal de recherche de Canillia Nindën Di Alkian]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31294/8#204408 Fri, 04 Jun 2021 09:23:29 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204408
15h - Tria, Folially 27, 4th AC 2613
[début d'enregistrement]

lors d'un entrainement:

j'ai réalisé que les cratchas du vide étaient vulnérables au sort d'aveuglement.
Cela remet très fortement en cause ma théorie sur l'absence de capteur visuel.

je dois approfondir la question.

je devrai peut être aussi évaluer l'impacte que les différents sorts peuvent avoir sur un cratcha.
Même si cela semble m'éloigner de l'objet de mes recherches.




[/fin d'enregistrement]
]]>
Canillia
<![CDATA[Une histoire de forage]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31327/6#204189 Sun, 16 May 2021 08:18:22 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204189
Mais il devait une histoire à Krill. C’était l’une des rares personnes pour qui il regrettait son choix d’avoir brûlé ses contes, parce qu’il savait que la trykette prenait réellement plaisir à entendre des histoires. Le jour où il avait fait son autodafé, Feinigan était arrivé au bon moment pour récupérer la plupart de ses notes avant qu’elles ne finissent de flamber et quelque part, certaines histoires émergeraient peut-être à nouveau… si ce tryker n’avait pas définitivement disparu à son tour : personne ne l’avait vu depuis longtemps. En attendant, Haokan n’avait rien à raconter.

Après le cours de forage, il alla s’asseoir au Promontoire des Kipee. Perdu dans la contemplation du panorama, soliloquant avec Bai Castiu, son yubo de compagnie, il s’était remémoré une histoire que le trafiquant lui avait contée et qui faisait à présent écho à son spleen. Il n’allait pas raconter cela, pas comme ça : c’était trop peu « conté » et Husyrech allait encore l’ennuyer avec ses maudites preuves. Qu’il aille se jeter dans la goo… De toute façon, au fil de la soirée, peut-être légèrement influencé par les vapeurs de goo de la zone, Haokan avait fini par mettre en ordre ses doutes et trouvé ce qu’il pouvait dire pour clore sa courte carrière de conteur.

Yui, cela allait suffire. Ce n’était pas une histoire drôle comme Krill les aimait, mais cela lui parlait.

Quelque temps plus tard, Krill était là, au bar de Fairhaven, avec de nombreux autres homins. Le public n’allait pas arrêter Haokan : il préférait même ne pas gérer seul la déception qu’il risquait de faire naître chez la trykette. Il était honteux de leur amener cette histoire triste et pourtant… il fallait la raconter. Puis se taire à jamais.
Le Dernier Conte
Il y a quelque temps de ça, j’ai décidé d’arrêter de conter. J’avais commencé par erreur, puis je me suis pris au jeu, sans voir l’inanité de mes actes. Aujourd’hui, je sais que cette voie est vide de sens. Mais je m’étais engagé à raconter des histoires en échange de cours de forage, et je me suis retrouvé en dette la dernière fois, ayant déjà brûlé tous les contes de ma besace. J’ai donc cherché une dernière histoire à dire, afin que cette dette soit payée.

Je l’ai finalement trouvé au milieu du Vide. Ce qui m’a été partagé était au-delà de ce qui peut se transmettre, à bien des égards. Mais il est resté quelque chose à la fin, quelque chose d’une fragile existence, qui méritait ce titre : le Dernier Conte.

Vous avez probablement entendu les mythes sur la façon dont Atys fut créé. De nombreux récits, s’appuyant parfois sur la religion, qui nous relatent les premiers temps de notre monde.

Mon conte parle des derniers temps.

Un temps lointain, peut-être, ou au contraire très proche. Qui peut dire dans quelle temporalité se place une histoire de ce genre ? Un temps futur, c’est la seule chose de certaine… Mais j’userais du présent, plus simple à utiliser.

En ce temps-là, Atys se vide de ses homins. Chaque jour, il y a un peu moins de graines de vie qui arpentent l’Écorce. Certains disent que les homins rejoignent l’Éveil, d’autres que c’est le Grand Dragon qui consume leur graine de vie ; nul ne sait vraiment où ils disparaissent, mais ils ne sont plus là. Le Vide, lui, grandit.

Chaque nuit qui passe, le Vide grignote un morceau du monde. Cela ne fait pas de bruit, cela ne génère nulle souffrance. C’est ce qui a précédé le Vide qui a causé la souffrance. La goo, les cendres du dragon, la haine des homins, les guerres, la volonté de domination, tout cela a ravagé l’Écorce auparavant. L’amour s’est enfui, et avec lui la capacité de créer, de lutter contre le Vide. Peut-être que l’amour a été le premier à s’évanouir dans le Vide. Puisque plus rien ne pouvait être conçu avec la disparition de l’amour, alors il n’est resté que la capacité de destruction, que certains ont cru constructive. Certains homins ont embrassé cette voie, rejoignant les maraudeurs, les zélateurs de la goo ou encore les adorateurs du dragon ; certains ont cherché des pistes différentes, se réunissant autour d’un feu ou d’un tonneau de bhyr, tentant de chanter et de parler pour ne pas entendre l’insupportable Vide qui les entourait, essayant de défendre ce qui existait, de sanctuariser ce qui avait été créé. Certains se sont enfuis, comme si partir ailleurs les protégerait du Vide. Qui sait ? Peut-être qu’au-delà d’Atys, à travers l’Illumination ou les vaisseaux de la Karavan, ils ont trouvé un autre monde où le Vide n’est encore qu’une rumeur lointaine. Ou peut-être que le Vide les a rattrapés. Leur nom est oublié, leur souvenir s’évanouit ; bientôt il n’y a plus personne pour se rappeler d’eux, plus personne pour lire les cubes d’ambres racontant leurs rêves et leurs espoirs, leurs aventures et leurs périples.

Le Vide grignote les entrailles d’Atys, et sans bruit, les contes et légendes s’effacent aussi. Le sol a tremblé, le Dragon s’est réveillé et tout a été consumé, avant que le Vide ne vienne tout effacer. Jena ne vient pas, Ma-Duk ne dit rien. Le Vide engloutit les étoiles, qui disparaissent une à une du ciel. Plus de Puissances pour insuffler un souffle de vie, pour lutter contre ce rien qui remplace tout.

Le Vide avale ses sbires, ceux qui croyaient qu’ils seraient épargnés, comme ceux qui avaient accepté depuis longtemps l’inéluctable dénouement. Ces derniers, peut-être, pourraient accueillir ce Vide avec le sourire… Mais le Vide a déjà pris leurs existences, leurs joies, leurs espoirs ; ils ne peuvent que rejoindre leur destin, indifférent et sans peine.

Tout à la fin, il ne reste rien. Atys est fini, et son nom même s’éteint.

]]>
Haokan
<![CDATA[A Red Banner]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31575/1#204121 Sat, 08 May 2021 11:34:04 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204121 Announcement widely spread throughout the Kingdom
Matis Nobles, Vassals,

march under the Banner of the Kingdom and Jena and bring back the equipment stolen from the Border Guards by the infamous First Deserters!
My youngest son, Manalitch, will make his debut as the future commander of his brother's armies by your side.
You will find him at the Border Guards' camp on 8h - Prima, Pluvia 7, 2nd AC 2613(*).

Jena Aiye, Matis Aiye!

Stevano,
Karan of the Verdant Heights

Salazar looked haggard, and his brow was wrinkled. He stared at the notice like a Yubo stared at a Ragus, but less scared than rather worried. Our Karan should really get someone with a more poetic mind, more determination, and not least a lot more empathy to write these, he thought. This was written by a soldier who as well could be a mercinary, not by someone who had his heart's blood for ink. Yet there's so much more to this, and this fails to point it out. It does not speak to us, really. If it does not speak to the Matis, how can it speak to the rest of Atys, which is not less concerned on the whole? How can they see, how can they understand from these few lacklustre, lifeless lines?

He put the notice at the table and rubbed his temples. Lylanea did remind him of something he had forgotten - something which actually took place a long time ago, after the First Swarming. Melkiar had send the Cutthroats to the New Lands to take over control. One of the tribes they bonded with early on were the First Deserters - the same camp now in focus again - and then the Marauders had invaded all of Atys, all four countries, with impressive force. Back then, there were far more homins, while after the Second Swarming, less homins had returned to the New Lands. So if the Marauders now would attack the countries one by one, each nation fighting just on its own, they could well take over everything. And yet this notice could hardly arouse a fire in the Matis people.

This isn't a private entertainment, Salazar though. This could be far more dangerous, and a greater concern. This is something which affects us all - the Matis, the Trykers, the Zorai, the Fyros. If one of us falls, like in a domino game the others will follow.

The Matis took up his well-worn robes with a sigh, looking at the places were its fabrics were getting thin. Well, it would have to do. This wasn't about insult. There probably was freedom to defend.]]>
Salazar
<![CDATA[Encore une nouvelle conversion]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31563/1#204054 Sat, 01 May 2021 20:20:57 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/204054
Arrivé aux alentours du camp des Embourbés il ralentit son pas, le sol spongieux collait à ses pieds. Il regarda autour de lui et poussa un ouf de soulagement. Pas de drapeaux rouge a l’horizon. Il voulait s’assurer de lui même que ses amis les Embourbés allaient bien. Bien que s’étant éloignés des lochi ils étaient restés fidèles à la Fédération et avaient gardés leur nationalité Tryker. Eolinius n’aurait pas supporté qu’ils basculent eux aussi du mauvais coté. Il devait tout faire pour que ça n’arrive pas. Il parla quelque temps avec le chef du camp pour échanger des amabilités et s’assit près du feu quand soudain le bec d’un izam cogna dans son dos. Eolinius se retourna et pris le message de l’izam express, le remerciant en lui lançant quelques miettes de pain d’épices. Eolinius fronça les sourcils.

- Oh An ! Pas eux !!

Il se leva d’un bond , s’inclina vers le chef Ba'Naer Lipsie et déchira un pacte en toute hâte.

Arrivé au téléporteur de la source, il courut vers le sud. Non loin du camp des Contrebandiers, Kyriann et Wixarika l’attendaient.

Lordoy Ny-Eo, regarde là bas dit Wixarika en tendant le bras vers le camp, sous le regard désabusé de Kyriann. Devant le camp, le drapeau rouge maraudeur flottait .

-Alors eux aussi dit Eolinius en secouant la tête. Pourtant, ils n'étaient pas trop ennuyés par la Fédération qui ferme les yeux sur leurs trafics. Quel Kipesta les a piqué ?
Au fait, vous avez des nouvelles d’Eeri ?

-An, ça fait plusieurs jours qu’on ne l’a pas vu dit Kyriann, qui sait ce qu’elle trafique encore.

- Oh mais il y a quelqu’un là bas !

Eolinius mit la main au dessus des yeux pour mieux voir. Au loin on pouvait distinguer la silhouette d’une trykette bien connu des Drakani en train de marchander avec les Contrebandiers.]]>
Eolinius
<![CDATA[Important Notice to the Royal Guard, Yrkanis]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31515/2#203955 Mon, 26 Apr 2021 04:42:01 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203955 To Filira Salazar Caradini,

Your warning has been highly appreciated and forwarded to me by the duty officer of the Royal Guard. Measures have been taken to stop and defeat the Kitins of the Depth you mentionned, with the efficient support of homins of various origins.

Please, take note that should any further occurrence of such event occur, any communication should be addressed to the Royal Army for better efficiency, since the Royal Guard is in charge of the security of the Royal Family.

With Respects.
Miaccia Stazzo
Yrkanis Guard Chief]]>
Ghost Of Atys
<![CDATA[Histoires pour homines pas sages]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31520/1#203908 Tue, 13 Apr 2021 22:49:26 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203908
Elle contempla les caisses de livres. Vu les réactions, il était déjà temps de faire un nouveau tirage. Ça allait partir comme des petits pains.

Il faudrait après ça qu'elle s'occupe des commandes de ses clients les plus sérieux. Mais là, il y avait urgence : le monde devait savoir.

Au bout de quelques jours, les homines de tous les pays s'échangeaient sous le manteau un modeste ouvrage, à la couverture verte très sobre. Il n'y avait que le titre, écrit dans une police discrète, et le nom de la collection : "Histoires pas sages". Rien dans le livre ne permettait de savoir qui l'imprimait, mais la dernière page donnait les informations pour s'en procurer :

"Si tu as aimé ce recueil, et si tu souhaites en offrir à tes amies, passe commande et des dappers à la personne qui te l'a fait découvrir, qui le fera remonter jusqu'à l'origine. Tes livres reviendront par le même canal. Prix : 20 dappers par livre." Il y avait étonnamment peu d'erreurs d'aiguillage, chacune semblant intéressée par la diffusion de l'œuvre.

Quant à l'ouvrage lui-même, le titre était éloquent :
"Orphie et le dard pénétrant"

C'était une suite de petites histoires dessinées. Avec un style absolument outrancier et irrévérencieux, on suivait les mésaventures d'une ranger dans une kitinière aussi absurde que salace. Le clou du récit, avec la découverte du "plus gros dard de kitin qu'on aie jamais croisé", amenait à la plupart des lectrices une crise de fou rire dont elles mettaient plusieurs jours à se remettre, rire réactivé au moindre kitin. Après ça, les pauvres bêtes allaient avoir du mal à faire peur...

]]>
Babylonia
<![CDATA[The Upper Branches (all in one thread)]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/24293/67#203904 Tue, 13 Apr 2021 14:21:41 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203904
talk]]>
Talkirc
<![CDATA[Début et fin de l'exploitation des nexus]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31479/1#203773 Fri, 26 Mar 2021 19:50:10 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203773
Tout s'embrouille depuis son périple dans les profondeurs et son contact avec le dragon. Il n'a d'ailleurs pas encore osé leur dire, à l'académie impériale. Mais il se doute que certains le savent. Tout finit par se savoir. Ces quelques jours où, revenu du nexus, il se mit à divaguer dans les ruelles de pyr, à raconter à qui voulait l'entendre ses histoires de rencontre avec le dragon, de comment il lui avait donné un coup de lance. Même si à l'époque, il était méconnaissable dans son accoutrement de mendiant, la rumeur que l'akenak était devenu fou avait eut le temps de circuler. Il le voyait dans le regard des homins qu'il croisait. Beaucoup baissaient la tête ou cachaient un rire moqueur. Mais bah, grand bien leur fasse. Cela se tasserait.

Juste avant de quitter la bibliothèque, il se retourne, pensif. Etait-ce une bonne idée que toutes ces nouvelles divagations sur les avant-postes? Il hausse les épaules. ramèch! Il passait déjà pour un fou, alors autant continuer sur sa lancée.

https://atys.wiki.ryzom.com/images/6/62/D%C3%A9but_et_fin_de_l%27exploitation_des_nexus.pdf]]>
Azazor
<![CDATA[on the beach at a mournful night]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/30616/2#203720 Sat, 20 Mar 2021 21:56:53 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203720 die Geige am Strand?
Flüsternd von der and'ren Seite
ein Chello stimmt mit ein,
flüstert über die Wellen.
die sanft den Sandstrand streifen.
Die ganze Zeit über streichelt Dich der Wind,
träume von der Zukunft,
die noch kommen wird.]]>
Lylanea
<![CDATA[Pour quelques Timaris]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31351/15#203623 Fri, 12 Mar 2021 23:58:55 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203623 Eeri se gardait bien de raconter à quiconque ce qui l’avait poussée à laisser finalement cette armure de coté. Que penseraient-ils s’ils savaient que les conseils qui avaient fait le plus d’effet dans l’esprit de la fyrette venaient d’un fraider… Rire, voire moquerie, incomprehension. Rrak savait, avec son vocabulaire limité, exprimer un avis simple et fondé sur le bon sens. Remettre de la simplicité dans un esprit troublé n’était pourtant pas la plus facile des tâches. Il fallait peut-être chercher là les fondements de certains piliers fyros. La vérité surtout, car on ne peut mentir pas à un fraider. Il le sent, et un manque de sincérité se règlerait rapidement par une hache bien placée dans le crâne du visiteur. Tout autant, la justice, dans le sens ou pour ces êtres, une action est juste ou ne l’est pas. L’honneur sans aucun doute, car l’hypocrisie, concept matis s’il en est, n’existe tout bonnement pas chez eux. Toutefois, la discipline était probablement un concept fyros plus récent, vu la tenue du camp.


Choisir, c’est aussi renoncer. Eeri savait pertinemment que de commencer la journée en buvant une shooki réduit fortement la probabilité de se délecter d’une byrh dans la même journée. Plus le commencement est fort, plus il est difficile de revenir sur des terrains plus doux, de redescendre en puissance. Il y a certains pas qui empêchent tout retour en arrière, et la fyrette en avait déjà fait bien trop dans ce sens.
Sa décision était déjà prise. Le juste était là et ne faisait aucune contradiction avec les valeurs tryker auxquelles elle avait adhéré en rejoignant les drakani, du moins dans son esprit. La décision juste était de prendre la liberté d’apprendre et de partager. Elle savait que certaines de ses fréquentations allaient faire grincer des dents. Pourtant, elle trouvait toujours contradictoire que certains de ses compatriotes préféraient la présence d’un marchand qui aurait vendu sa propre mère contre des dappers, à celle d’un chercheur qui jusque là n’avait fait que les prévenir et les soigner.

——————————————————[o]——————————————————

Mazé’Yum était au bar de Thesos ce soir là, et elle prit la liberté de s’assoir à la table que le zoraï partageait avec le conteur, afin de faire sa demande. Ceci devait rester confidentiel, mais elle savait bien que très vite toute l’écorce serait au courant. Les mauvaises langues allaient pouvoir s’en donner à coeur joie, et répandre toutes sortes d’histoires et de commérages à leur sujet, plus croustillants les uns que les autres.
À sa grande surprise, le zoraï accepta de la prendre comme "apprentie", avec quelques conditions, qu’elle accepta. Pour l’instant, le but reel de leur collaboration allait être la connaissance et la recherche, rien de plus. Certes, elle ne s’attendait à rien de simple s’il s’agissait de suivre Mazé’Yum dans un tour des tribus à goo, mais c’était bien nécessaire de s’en faire des amis plus que des ennemis. La fyrette souhaitait en retour simplement de ne jamais avoir à causer du tort à la fédération ou à sa guilde. Les premières conversations furent fructueuses, la confiance s’installant petit à petit entre les deux.

Pendant ce temps, elle demanda l’accès aux archives et documents de la fédération. La fyrette se rendit vite compte que ce serait plus bien plus compliqué qu’elle ne le pensait. Faire une demande par écrit, préciser quels documents elle souhaitait consulter. Non, ce qu’elle souhaitait était de pouvoir farfouiller dans des documents, accéder au savoirs et comptes-rendus d’expérience du centre Crevette, comparer les sources et les informations…
Si elle savait précisément ce qu’elle cherchait, elle n’aurait plus besoin de se transformer en frippo de bibliothèque.

D’ailleurs, il allait en falloir. Le premier sujet de recherche commun avec le zoraï était déjà en marche, et la liste était longue.
Des quantités de fibre, de différente qualité, qu’il allait falloir classer de la plus lisse à la plus râpeuse. Des tonneaux, de la sève, de l’eau, des casques...
De quoi creuser un trou.

Et un coeur bien accroché.]]>
Eeri
<![CDATA[Le retour des Presses Obliques]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31402/6#203575 Sun, 07 Mar 2021 15:23:46 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203575
HRP: je t'envoie par mp le texte de l'affiche.]]>
Azazor
<![CDATA[Masque de doute]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31234/2#203520 Sat, 27 Feb 2021 23:30:22 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203520
C’était fait. Au fond, ce n’était pas une grande affaire. Quelques questions auxquelles un enfant pouvait répondre, l’adhésion à des valeurs que nul ne pouvait remettre en cause… le plus difficile avait été d’avaler cette bière avec le vagabond sans grimacer.

Peut-être que ce serait comme avec les kamis. Il avait passé son rite sans conviction, mais avait fini par approuver pleinement sa faction. Car tout bien considéré, quelles étaient les alternatives ? Aucune n’était vraiment acceptable, jusqu’aux Rangers qui abritaient dans leurs rangs des homins sans foi ni loi. Au moins, en servant les kamis, il savait qu’il faisait le bien. Ou le moins de mal possible.

Pour le moment, il ne se sentait pas chez lui dans les Lacs et ne voyait aucun attrait à ces étendues d’eau, à l’humour bizarre des trykers et à leur amour immodéré de leur horrible bhyr, mais peut-être que cela viendrait. Il avait différé autant que possible le passage du rite. Mais la Lune Éternelle était tryker, l’Armée des Lacs demandait l’aide des guildes trykers, et son chef lui avait clairement fait comprendre que s’il voulait se battre, alors il devait aussi les représenter auprès de ces trykers. Et que pour ça, il fallait être citoyen.

Dire que quelques saisons auparavant, il rechignait à frapper des homins. À présent, les seuls moments où il se sentait vraiment vivant étaient les instants avant les batailles. Pendant cette période d’attente, à la fois trop vite passée et s’étendant à l’infini, il était envahi d’euphorie à l’idée de mener un combat loyal et héroïque. Une fois sur le champ de bataille, il déchantait rapidement ; ce n’était pas très différent des chasses, avec tout ce que cela comportait de bazar, de manque de stratégie, de ratés et de maladresses. Mais à chaque fois, il avait un petit moment d’espoir, avant que les choses sérieuses commencent.

Aussi, quand Jazzy avait parlé de son envie de dépoussiérer l’Armée des Lacs, Haokan s’était enthousiasmé. Il avait tenté de communiquer ça aux autres membres de sa guilde, avec un résultat mitigé. Peu importait : combattre les maraudeurs et défendre des homins innocents, c’était une bonne chose, et il devait en être. Quitte à devenir citoyen d’un pays qui l’indifférait par ailleurs. Ici ou ailleurs…

Haokan se posa sur la plage, les papiers attestant de son statut dans une main et observant le va-et-vient des minuscules trykers. L’accomplissement de ce rite ne comblait pas le Vide dans son cœur. Rien ne semblait pouvoir le remplir. Un jour, même les batailles le laisseraient indifférent. Que resterait-il alors ? Sa colère contre les gooho ou juste le Vide ? Ni l’un ni l’autre ne le mènerait à l’Éveil, mais de toute façon ce chemin-là n’était pas pour lui. Peut-être que la graine de vie finissait dévorée par le néant, dans ce genre de cas.

Cela ne lui semblait pas un destin si terrible que ça.]]>
Haokan
<![CDATA[La danse du conteur]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31337/6#203489 Wed, 24 Feb 2021 14:03:03 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203489
Elle laissa quelques semaines s'écouler, comme à leur habitude, puis prépara ses mektoubs pour le voyage vers leur lieu de retrouvailles en cas de disparition, FairHaven. Yren souffrait hélas du mal de la téléportation, et elle devait effectuer tous ses trajets en mektoub. La tâche n'en était que compliquée par le fait qu'elle ne laissait jamais aucune affaire derrière elle, transportant toutes ses possessions selon la vieille tradition fyros de nomadisme.

Le voyage se passa sans accroc particulier, la route des vents lui rappelant d'anciennes route des eaux auquel elle avait pu participer, quand elle était encore jeune. Yren en profita pour remplir ses stocks de matières des primes, et termina son voyage par quelques jours de repos dans les Plages d'Abondances, une destination idyllique de voyage selon elle.

Une fois arrivée à FairHaven, il fut aisé de se fondre dans la masse, et d'observer l'activité du légendaire bar de Ba'. Hélas, Yren n'y vit aucun conteur rouge mal coiffé, et elle dut se résoudre à faire le chemin retour au bout d'une longue semaine d'attente. Si elle appréciait les lacs, son lien avec le Désert était trop fort pour qu'elle puisse l'abandonner trop longtemps. Et puis, si Husy n'était pas encore là, c'est qu'il avait sans doute besoin de plus de temps.

Hélas, le trajet retour fut aussi mouvementé que celui de l'aller fut calme. Des maraudeurs avaient bloqué la route des ombres, et il était impossible pour Yren de passer discrètement avec ses mektoubs et tout son barda. Elle avait vu la force maraudeur et savait qu'en cas d'escarmouche, elle n'aurait que peu de chances de s'en sortir seule. Elle prit donc la décision de revenir en arrière et passer par le pays zoraï, un trajet bien plus long mais normalement sans maraudeurs.

Malgré quelques kitins de l'arrière pays un peu trop aggressifs à son goût, Yren arriva finalement dans le Désert, retrouvant avec plaisir l'odeur de la sciure en s'installant dans les Mines, sans doute son lieu préféré de villégiature. Quelques jours à peine après être arrivée, elle eut vent d'une soirée des bardes, à FairHaven. Elle était certaine qu'Husyrèch y serait, car pour rien au monde il ne raterait ça.

Seulement, Yren était bien embêtée, car elle n'aurait pas le temps de refaire le trajet avec ses mektoubs, en particulier si les maraudeurs étaient encore présents ... Elle prit donc ses possessions les plus précieuses avec elle, et cacha le reste dans plusieurs caches qu'elle espérait secrètes, et déposa ses mektoubs adorés à l'étable de Thésos. Le palefrenier lui avait demandé un prix excessif, mais elle n'était pas en position de négocier ; et puis, ce n'était que des dappers, après tout.

Elle chevaucha à bride abattue jusqu'à Hoï-Cho, laissant sa monture sur place, et finissant le trajet à pied, de peur de la tuer à la tâche. Ce fut une Yren fatiguée, mais contente, qui arriva à FairHaven, la veille de la soirée des bardes.

La soirée se passa merveilleusement bien ; vu la foule, il lui fut aisé de se fondre dedans, et elle constata qu'Husyrèch était bien là, arborant fièrement des cornes de bodoc. Elle connaissait déjà l'histoire de la hache, bien sûr, ayant aidé Husyrèch à la retrouver, mais ça ne la rendait pas moins agréable à écouter, au contraire. Satisfait de voir son chou à la crème en si bonne forme, Yren décida qu'elle allait lui faire une surprise en l'attendant chez lui. Quand il logeait seul, il retournait toujours dans le même appartement, à Pyr. Elle devait même avoir encore les clés quelque part ...

Elle arriva donc insouciante à Pyr, se rendant directement à l'appartement d'Husyrèch. Comme à son habitude, son appartement était parfaitement rangé, rempli de carnets de notes ainsi que de nombreuses boîtes, abritant les preuves de ses histoires. Elle fut surpris de découvrir un des murs à nu, orné d'un graffiti géant. Après la surprise vint la stupeur devant le schéma géant, puis la rigolade devant les nombreuses petites remarques disséminées partout.

Husyrèch rentra quelques heures plus tard, apparemment pas si surpris de la voir chez lui. Peut-être qu'il l'avait reconnu au bar ? Après tout, le fyros semblait avoir un talent pour la percer à jour, sous toutes ses formes ... Quoi qu'il en soit, la soirée se passa fort agréablement, même si il lui semblait que le conteur était ailleurs. Parfois, il semblait ne pas avoir conscience qu'elle était là, en lui répondant comme s'il se parlait à lui même. Au bout de quelques shookis, l'atmosphère se détendit et yren mit ses soucis de côté pour profiter de la soirée.

Le lendemain, aux premières lueurs de l'aube, Yren laissa un petit mot doux à husy sur son mur énigmatique, puis s'éclipsa afin de s'assurer que ses caches secrètes l'étaient restées, secrètes. Dans la journée, elle repensa à la soirée en se disant que son baba à l'essence avait été particulièrement bizarre, et qu'elle lui poserait des questions ce soir, par sécurité.

Si elle fut surprise d'entendre la voix d'husy dans l'appartement quand elle s'en approcha, il n'y avait pas de mots pour décrire la stupéfaction qu'elle ressentit en le voyant. Avachi contre le mur, entouré de cadavre de bouteille, le visage rougi par le feu et l'alcool, en train de regarder fixement le feu et, manifestement, de lui parler.

Elle s'approcha doucement du fyros et déposa Sa Pique un peu plus loin, ne voulant pas le brusquer. Elle mit une main calme sur son épaule et commença à lui parler, mais celui ci ne semblait pas l'entendre, comme s'il était Ailleurs. Le conteur racontait une histoire sans queue ni tête, à propos d'un tryker kizoar ... Yren essaya de la magie neutralisante, mais ça ne semblait pas faire effet. Elle continuait de lui parler d'une voix paisible, lui disant qu'elle était là, ce n'était pas une illusion. "Regarde", disait-elle, "ma pique, husy, ma pique ! C'est bien moi, husy".

Elle resta pendant de longues minutes à le répéter au fyros, mais rien ne semblait l'atteindre. Elle commença à perdre espoir, quand elle vit Husy se jeter sur sa pique avec une fulgurance qu'elle ne lui connaissait pas. Elle vit ce dernier se figer brusquement, la pique en main, comme paralysé. Et puis, une litanie inintelligible et ininterrompue de syllabes commença à sortir de sa bouche. Yren essayait de comprendre ce qu'il voulait dire, pensant entendre le mot de goo, sans en être sûre.

Et puis, alors qu'elle tentait de déchiffrer les paroles du conteur, elle le vit pointer la pointe de l'arme vers son cœur. Elle comprit rapidement ce que le fyros souhaitait faire, et récita la litanie contre la peur, car elle ne pouvait se laisser submerger par ses émotions. Elle prit la pique avec lui et l'enfonça dans son cœur, la sève se déversant sur son armure rouge.

"Tant pis pour le mal", pensa Yren en attrapant sa pique. Si le conteur avait eu la force d'esprit de se suicider, elle pouvait bien supporter les effets néfastes de la téléportation sur son corps. Elle attrapa un des pactes dans la besace d'Husyrèch et le brisa.

Luttant contre l'envie subite de vomir, Yren aperçut Husyrèch un peu plus loin dans les mines, allongé par terre. Au moins, la résurrection avait marché, c'était déjà ça. Elle se précipita à son chevet et reconnut instantanément son bek i bemaï, la corruption ayant manifestement quitté son corps encore faible. Elle le serra fort dans ses bras et se mit à sangloter, sous le coup de l'émotion.

Husyrèch se réveillait péniblement de la résurrection, encore un peu vaseux mais l'esprit clair, heureux de voir qu'il avait réussi. Il ouvrit les yeux et vit une matisse avec une certaine bedaine le serrer dans ses bras, les larmes aux yeux. Husyrèch sourit et ferma les yeux, rassuré par la puissante étreinte d'Yren. Cette dernière, si heureuse qu'elle était, en oublia son état, et quelques secondes plus tard son repas du midi ressortit de manière fort peu élégante sur nos deux énergumènes.

********

Quelques jours plus tard, autour d'un feu isolé dans le désert ...

"Quand même, mon soutien gorge comme preuve de l'histoire, tu n'as pas l'impression d'abuser un peu ?"
"dey, au contraire ! Tu aurais vu leur visage quand je l'ai sorti, ça valait le coup, je t'assures"
"Je l'ai cherché partout, figure-toi ! Tu as intérêt à te faire pardonner ..."
"Oh, je peux te raconter l'histoire de Kyr'Tas le tryker qui se prenait pour un kizoar, ou l'inverse"

*******

Un matin dans le désert, avant le lever du soleil.

"Il est temps que je retourne à FairHaven, ils vont certainement commencer à se poser des questions. J'ai vu ce qu'Eeri avait fait au guérisseur zoraï quand il a disparu, je ne veux pas qu'il m'arrive la même chose !"
"Dans ce cas, il est temps pour une nouvelle coupe, et une nouvelle armure, dey ?"
"ney, je n'en peux plus de cette atrocité ... Pourquoi on avait choisi cet ensemble, déjà ?"
"Comme punition pour avoir disparu du jour au lendemain pendant 3 ans sans donner de nouvelles, il me semble. Enfin, c'est ce que tu avais dit quand je t'ai finalement retrouvé ..."
"..."
"..."
"Tu peux me faire une Hobenyx, du coup ? Et une coiffure simple, retour aux basiques"

Un peu plus tard, alors qu'Husyrèch s'apprête à partir, Yren lui tend Sa Pique.

"Tu l'as mérité, elle t'appartient désormais. Peu d'homins aurait eu la force de faire ce que tu as fait, avec"
Restant sans voix husyrèch admira l'arme et son ancienne gravure.
"Mais ... Si tu disparais, comment te retrouverais-je, cette fois ci ?"
"Je ne partirai plus, désormais"]]>
Yren
<![CDATA[Eenie meenie miney mo...]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31384/1#203385 Thu, 11 Feb 2021 15:27:30 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203385
She settled at the bar, ordered a beer, found a feather and a piece of parchment still usable in her bag, and began to scribble a few words.
Krill's letter to Jazzy
'doy the nair-commander,

I've got some work for you. You should warn whom it may concern, and I let you decide who it is who may be concerned, you see how nice I am with you since you're paying so many of my beers... Well. You'd better spread the word to potential travelers that Lands of Umbra are a mess. Even more than usual. There is no way to pass anymore between the Trench of Trials and Gate of Obscurity. A group of homins who don't even want to chat over a good beer is blocking the whole way at Darkenwell.

It's no lake territory, but the few words I heard reminded me of marund. And Bounty Beaches are not that far. Since you wanted to reactivate AFU or whatever, eh, I'm offering you a great opportunity to put yourself forward.

Seelagan.
Krill

The Trykette read her letter once again, shrugged, and put it aside for when she could find an messenger izam. It could wait until she finished her beer.]]>
Krill
<![CDATA[A rather unkempt story of Atys..]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/20269/12#203348 Fri, 05 Feb 2021 23:47:36 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203348
Sometimes I wonder at how strange homins can be. We make stories up, we write stories down, we swear up and down that we fully believe in those stories. And then we go kill each other based on the same stories.

I guess the Kami and Karavan stories are the best known ones that cause homins to spill each others' sap. Both of them promise outlandish rewards, if only the followers stay true to their teachings... but those teachings cause strife and conflict.

The funny part about homins is the way they wage these wars. Sometimes, sufficiently large groups of religious followers will gather enough steam to attack a group of the opposite side. They regularly fight, sometimes with outposts as a pretext, sometimes over resources.

But the hate and rage cannot go on forever, do they? So these fine homins go through cycles of war, then uneasy peace, then mutual ignoring, then small-scale skirmishes ... and so on and so on.

A sufficiently skilled scholar may even attempt to determine at which point in the cycle his people currently is. A sufficiently skilled scholar might try to figure the triggers that move the followers' attitude from one stage to the next in the cycle.

And dreamers like me, say that maybe we could find the right combination of words and speeches, to keep the tribalistic religious followers in their current "uneasy peace" forever. Just dreams, it seems ...]]>
Xyanpalteus
<![CDATA[[Trykers Zoraïs] Du Drakan Eolinius à l'ambassadrice Sunzhia-miko]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31356/1#203275 Tue, 26 Jan 2021 14:01:32 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203275 From Drakan Eolinius to Ambassador Sunzhia-miko

Nair-Ambassador,

you are cordially invited to drink a Chaï* in Fairhaven around which, if you wish, we will have the opportunity to talk about the latest worrying events about the goo pump story.

Sincerely


Eolinius

senior officer of the Bai Nhori Drakani guild

(*) Chaï : Zoraï tea]]>
Eolinius
<![CDATA[Ma Bonne Byrh ! (chanson)]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31344/1#203212 Sat, 16 Jan 2021 19:26:49 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203212

Ma bonne Byrh,
Meilleure des Byrh

Seulement à neuuuuf cent Daaaappeeeers
Elle est pas chèèèère,
Ce n'est pas vraiii,

Et puis gout' lààààà,
Et t'approuvraiiiiis

Ma bonne Byrh,
Meilleure des Byrh
Ça vaut l'coup aaaachète-làààà


Toi qui penses,
Que c'est d'l'arnaque,
Tu n'es pas digne de ma Byyyyrh

Magnifique Byrh,
Trop bonne ma Byrh,
Compte pas tes Daaaa
-ppers et paye,

Toi quiii penses,
Que c'est honnête,
Donne-moi donc tes daaappeeerrrs

Ma bonne Byrh,
Meilleure des Byrh,
Elle devrait vaaaaaloir bien plus
Donne-moi leeees neuf cent dappers
et tu pourraaas te régaleeeer

Ma bonne Byrh,
Meilleure des Byrh,
La voici elle est pour toi !]]>
Lorlyn
<![CDATA[Le rêve]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31331/4#203147 Tue, 05 Jan 2021 12:49:30 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/203147 Je souhaite qu'elle vous apporte, outre le meilleur IRL, maints maillots de bain, lancers de pioche et lampées de shooki IG.

---
Blanc-Bec]]>
Nilstilar
<![CDATA[Analyse topographique du Tunnel des Malheurs]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31266/2#202884 Mon, 23 Nov 2020 01:51:19 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/202884 Translated (but not the maps) on https://en.wiki.ryzom.com/wiki/Tunnel_of_Woe/Topographic_analysis

]]>
Craftjenn
<![CDATA[Chroniques de la Première Croisade]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31213/10#202628 Fri, 23 Oct 2020 16:56:16 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/202628 Belenor <![CDATA[Fragments]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/15901/16#202202 Sat, 05 Sep 2020 17:21:14 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/202202
"Can I bring you something, sir?" asked the boy, his features marked with worry. "You really shouldn't ..."

Salazar waved his hand with a smile. "Bring me a cup of red wine mixed with egg yolk; it should be a tonic that is at least as good as this quack's medicine. And then see what notices, newspapers, rumors you can find. In the meantime, I'll take care of everything that has accumulated here ..." His gaze touched the pile of parchments on the desk. Utran's notice must also be there somewhere, and he wanted to devote himself to his report and sketches about Muang first.

Almost shyly, the boy bowed, a slight blush on his cheeks. He reminded Salazar how he was at the same age. His eyes followed the young Matis as the latter - seized with serious eagerness - left the apartment. Again a slight smile crept on Salazar's lips. Then he turned to the desk for good and began to study the papers that had piled up on it.

(OOC: Hooray, computer was running again! Originally published January 9th, 2007)]]>
Salazar
<![CDATA[Report to the Zorai assembly, Dua, Pluvia 08, 4 AZ 2609]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31101/1#202112 Sat, 29 Aug 2020 07:21:31 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/202112 This is a mixture of a transcript and a report of and from the assembly in Zora which took place Dua, Pluvia 08, 4 AZ 2609 (OOC: 28 August 19 UTC).

Great Mask, revered embassadors, dear citizens,

it's a great honour to be at this meeting and I shall be delighted to be of help in improving our understanding of the events in the Nexus.

In long weeks I was able to create a map of the Nexus which indicates some of the changes which I happily give to you in order to help my home country the Zorai, to assess the impact of and possible threats from these changes.



One of the most interesting features after the Barkquake was that new ressource spots started to appear, which have affiliation with different continents of Atys. Though possible to locate many (all?) of the new, excellent ressource spots, so far I have been able to take samples from many, but not from each. Yet this map might make it easier to locate them.

Mind that they are commonly guarded by a more vigilant and stronger type of Gibbai who dwell near the ressource spots. They also feature particularily nice jewelry which might be related to their occupation of these exceptional ressource spots. For their additional protection they seem to keep a group of equally exceptionally strong Cuttlers nearby which are also a threat, even to experienced fighters. Whether and if so how they are related to the Gibbads (in the Void) is unclear.

Thank you.]]>
Elke
<![CDATA[A New Leaf]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/31042/1#201951 Sat, 15 Aug 2020 13:23:12 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/201951 Small and annoying. But now it was time to adopt a more Tolerant outlook and report back to the Corporal in the Fairhaven bar. At least they got that right, he smiled. Strolling along the scrubbed decking, he recalled just how he got to this place...

* * *


Things had not ended too badly after the embezzlement, sure a few bridges (and districts in Pyr) were burned, but all was restored and Rashan suspected that some saw the financial loss as a small price to pay to be rid of him. The funds had been sufficient for a start and had even survived the 2nd Great Swarming, but after so much time living a comfortable life in exile the sack of dappers had been reduced to a small pouch.

It was time to go back to work and that meant returning to the New Lands. The word ‘work’ held a different meaning for Rashan - his mind worked day and night, trying to work all the angles but none of his schemes seemed like they would work. Just as he was considering becoming a common criminal and joining the Marauders he saw something that set off a ding in his head.

At the portal to the New Lands, a thankful Matisian in patchwork clothes was handing a sizeable bundle of choice materials to the Ranger guard.

“Ser Ranger, please, take this as a token of my everlasting gratitude. I'll soon return to the lands of opportunity and my noble family where such a sum is a mere trifle.”
“Tinnaco-kin, your generosity will benefit many others. I will send this to the vault so that it may be distributed to displaced homins,” the ranger replied benevolently.
“Farewell and keep up the good work!”

“About that good work, where do I sign up?”

Details of the process were scant but after an interview with Orphie Dradius, Rashan was strongly encouraged to visit each nation in turn and truly learn the meaning of Service. After a quick visit to the vault and with a spring in his step, he stepped through the portal and into a new life of enrichment.

* * *


Snapping back to the present and the Fairhaven bar, Rashan handed in his latest kitin scouting report to the beaming Corporal.

“Thank you nair-Rashan, you’ve done so much and I’m pleased to give a glowing report of your contributions to the Taliari.”

With this commendation and the sheaf of others from each of the nations, the first stage of the process was complete and Rashan proudly strode off with a tear in his eye. Stupid fine sand.]]>
Rashan
<![CDATA[apprentie bijoutière]]> https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=topic/view/21179/19#201839 Wed, 05 Aug 2020 09:22:35 +0000 ROLEPLAY https://forums.ryzom.com:443/index.php?page=post/view/201839 Tu perds pas la main Zend...Aiyae !

Thal :)]]>
Thalys