ROLEPLAY


uiWebPrevious1uiWebNext

#1 [fr] 

Un des plus gros contrats des Presses Obliques depuis... depuis un bon moment. À côté de ça, le mariage princier Matis commençait à faire pâle figure. Avec un peu de chance, la Maison Royale ferait appel à ses services d'imprimeries aussi, en voyant à quel niveau ils devaient se hisser.

Jamais Babylonia n'avait envoyé autant de faire-part. Cela avait demandé une armée de coursiers. Chaque homin de chaque ville avait reçu son courrier, gentiment déposé dans la boîte à lettre pour ceux qui en avaient une, ou bien aux gardiens d'immeubles, ou encore en main propre. Après quelques hésitations, ses commanditaires lui avait aussi indiqué quelques tribus qui devaient être mises au courant. Pour les invités les plus prestigieux, Babylonia avait recruté la crème des coursiers, qui étaient allés délivrer l'enveloppe avec élégance et attention. Les sénateurs fyros, les princes matis, les sages zorais, la gouverneuse tryker et sa clique de larbins, mais aussi les ambassadeurs, les nobles, les chefs de guildes : tout le monde avait eu sa part.

Le faire-part était imprimé en couleur sur un vélin du grain le plus doux, chacun accompagné d'une feuille de chaï soigneusement choisie pour sa qualité odorante, le tout dans une enveloppe scellée à la cire. C'était vraiment une version luxueuse. Babylonia n'aurait peut-être pas choisi ces couleurs d'encre, mais les amis des mariés avaient été catégoriques : violet et vert étaient les bonnes teintes.

Cela promettait d'être vraiment un beau mariage. Quel chance Jazzy et Ylang'Hao avaient, d'avoir de tels amis, qui n'hésitaient pas à dépenser tant pour leur faire plaisir...





[Texte de l'image]
Natsukan, Lunakan et Haokan ont la joie de vous inviter au mariage de leurs parents Jazzy Mac'Plantey, Commandant de Bai Trykali, et Ylang'Hao Sen-Siang, Ambassadrice de la Théocratie.

Leur amour véritable sera célébré par une double cérémonie conduite par Krill Be'luga, Prêtresse du Grand Glouglou, et Nizyros Delka, prêtre de Ma'Duk, le Frutor 21 1st AC 2619 sur la plage de Fairhaven.

A l'issue de la cérémonie, une bhyr d'honneur sera servie, ouverte à tous les amis des trykers et des zorais.

Edited 2 times | Last edited by Babylonia (1 month ago) | Reason: orthographe

---

Un message à imprimer et à faire diffuser ? Envoyez un izam aux Presses Obliques ! Discrétion assurée, tous budgets acceptés.

#2 [fr] 

Lorsqu’on lui remit son repas quotidien dans sa geôle, Krokwai chercha, comme d’habitude, où ses serviteurs avaient mis ses gookies. Il n’en trouva encore aucun, mais remarqua une peau souple recouverte d’étranges formes colorées. Il se gratta la tête, interpelé par cet étrange disposition de courbes et de formes, renifla l’objet, le lécha dans l’espoir d’y trouver une trace de goo.

Mais rien ne vint, pas plus que la veille. Il froissa le document et le jeta dans un coin de sa cellule, un peu dépité. Puis, soudain, il prit conscience de ce que c’était…

Il alla ramasser le velin, le lissa et l’amena sous la lumière pour l’étudier plus attentivement. Plus il l’examinait, plus il en comprenait l’usage : c’était une cagoule à appliquer sur son masque pour que le commun des Zoraïs ne soit pas trop impressionné par son aura lorsqu’il se manifestait à eux. Il lécha donc soigneusement la peau pour tenter de la coller sur son masque en lambeaux, y réservant deux trous pour les yeux et se résigna finalement à nouer le tout de son mieux à l’arrière de son crâne.

Puis il déambula devant les gardes, plutôt fier de son petit effet. Il voyait bien que leur respect n’en était que plus explicite. La preuve en était qu’ils appelaient leurs collègues pour les inviter à le contempler. C’était juste dommage qu’ils ne l’appellent pas de son titre officiel de « Grand Massage », ou, à défaut, de « Chef ». Étrangement ils employaient un terme étranger, peut-être même Kami, ce qui le gênait un peu : « l’Antekagoulé » . Mais tant qu’il inspirait suffisamment le respect pour qu’on l’honore de titres, il était satisfait.

#3 [fr] 

Pendant ce temps là, sur la route d'Oflovak...

Edited 2 times | Last edited by Azazor (4 weeks ago)

---

fyros pure sève
akash i orak, talen i rechten!
élucubrations
biographie

#4 [fr] 

Feinigan n'arrivait plus à reprendre son souffle. Ça faisait un bail qu'il n'avait pas eu l'occasion de rire autant. Quel faire-part parfait ! Il ne savait pas qui avait eu cette idée, mais c'était un génie. Quoique, il avait quand même quelques idées sur qui pouvait avoir trempé dans ça... Et dire qu'il devait manquer la plus grande part du ramdam qui devait agiter tout le monde !

Alors qu'il faisait une sortie discrète dans Min Cho, en surveillant soigneusement les alentours pour ne pas croiser certains zorais et leurs remontrances, une coursière l'avait accostée. Il ne s'était pas méfié de la zoraie habillée bizarrement qui lui avait tendu la lettre, et c'était une bonne chose. Cela aurait été terrible de louper ce courrier.

Si Haokan ne lui avait rien dit, c'est qu'il ne devait rien en savoir. Ou qu'il avait honte. Ou... enfin, plein d'occasions d'embêter le zorai. Quoi que, à la réflexion, peut-être pas ; le kamiste semblait un peu sur les nerfs, dernièrement. Et Nikuya ? Hoooo oui il pouvait embêter l'ex-antekamie avec ça. Quoique, là non plus... non... trop risqué. Il y avait un moment où le plus intrépide des homins devait reconnaitre que le danger dépassait largement ses capacités. Mais c'était tentant quand même.

Pas le choix, pour s'amuser et avoir le détail des ragots, il fallait voyager. Pyr ou Fairhaven ; il n'allait pas trouver de compagnon de beuverie dans la Jungle ou la Forêt. Après s'être remis de son fou rire, Feinigan examina ses pactes. Bon.. s'il se faisait prendre par ses gardiens, il allait passer un sale quart d'heure. Alors... plutôt Pyr. Et penser à revenir avant l'heure de leur retour. Après tous, s'ils ne savaient pas, ils ne se fâcheraient pas.

Mais il n'allait quand même pas manquer une occasion comme ça. Et puis, les mariés cherchaient peut-être quelques idées pour animer leur mariage.

Recommençant à rire, il déchira son pacte.

#5 [fr] 

La rumeur… la fameuse rumeur…

Tout à commencé par là, c’est d’ailleurs le principe, le rôle même d’une rumeur… être le début de quelque chose…
Sauf que là, alors que le tryker avait pu contenir l’angoisse et la peur d’Ylang’hao fasse à cette blague, la rumeur s’était concrétisée par un faire-part…
Bien qu’une rumeur soit rarement complètement fausse, celle-ci déplaisait le couple concerné.
Évidemment qu’ils s’aimaient. Et la simplicité tryker nous souffle sans arrêt: « vous vous aimez? Alors mariez-vous! »
Mais personne de notre entourage n’avait de réel argument pour nous faire réfléchir à inverser notre choix de départ… sauf peut être…

Jazzy savait qu’il fallait laisser le temps à l’ambassadrice pour digérer l’argument qui touchait l’intimité familiale d’Ylang’Hao.

Sans orienter la décision, il décida d’attendre pour mieux comprendre… et tous tryker sait qu'attendre.... c'est dur.

---

Jazzy Mac'Plantey
Chef de Bai Nhori Drakani
Commandant de Bai Trykali
Citoyen célèbre

#6 [fr] 

Feidexe poussa la porte du hall, deux bouteilles de byhr en main et un grand sourire sur le masque.

- Ça y est, les derniers izams sont envoyés, j'ai ramené de quoi fêter ça !
- Oy, t'as raison, un contrat comme ça ça se voit pas tous les jours !

Les deux coursiers passèrent la soirée à rigoler autour de quelques byhr, se racontant l'un l'autre les réactions les plus étranges qu'ils avaient eu en livrant les faire-part. Quand le petit jour commença à pointer son nez, Deachel sortit deux faire-part d'un placard et les donna à Feidexe.

- Hein ? Je pensais qu'on les avait tous envoyés !
- An, an, mais regarde pour qui c'est, tu comprendras ...
- Azazor, talumetimètos, et Eeri, citoyenne tryker, qu'est ce qu'ils ont donc de particulier ?
- Regarde leur adresse !
- "Quelque part sur le chemin des Anciennes Terres", qu'est ce qu'on peut bien en faire, nous ?
- Les livrer, évidemment ! Y ne serait pas digne d'être le chef des coursiers rectilignes, sinon !
- Mais c'est de la folie ! Le chemin est si dangereux, tu ne reviendras jamais !
- Y ai livré partout sur l'écorce, au plus profond des Primes, et même dans le Giron du Démon ! Y n'ai peur de rien !
- Tu n'arriverais jamais à temps avant le mariage, de toute façon ...
- Si je suis les enseignements de la course rectiligne que l'on nous a enseigné, y ai largement le temps ! Y pourrait même revenir à temps pour profiter de ma byhr gratuite avec mon faire-part, c'est pour te dire !


Le lendemain, Deachel partit, équipé d'un léger paquetage et de ses meilleures bottes de courses, en direction des Anciennes Terres et de la plus grande Livraison de toute sa vie ...

Last edited by Deachel (4 weeks ago)

#7 [fr] 

Partout où il allait, il y avait toujours une homine ou un homin qui lui demandait:
"- Alors ce Mariage? ça avance?" ou alors
"- Y a une couleur conseillée pour votre cérémonie? La couturière Eleanide prend déjà des commandes et les délais s'allongent!"
"- Ca sera un mariage Zoraï ou Tryker?"

Et pourtant, le tryker finissait par laisser dire et c'était également le cas ce soir là, au bar de Fair Haven, quand Wieny, Lyren et Feargus jouaient de la taquinerie sur le sujet des noces... Jusqu'à... Jusqu'au moment où... une remarque fit basculer Jazzy dans une rage folle. Les moqueries le concernant passaient encore... mais quand il s'agissait de rire d'Ylang'Hao ou des homines qu'il avait eu par le passé...

Jazzy s'abandonna à une rage profonde. Sa voix devint plus grave, plus sombre. Le regard l'était tout autant, la raison n'était plus, un seul but: "-qu'il se taise!"
Plus maitre de lui-même des sorts de sommeil s'abattaient en continu sur le pauvre Feargus qui n'eu d'autre choix que de se défendre au fusil pour l'interrompre.
Jazzy n'entendait pas les appels au calme et à la raison des clients de Ba'Naer Liffan, et encore moins ceux de Feargus qui tirait à contre-coeur sur un homin qu'il appréciait pourtant. Jazzy finit par tomber bêtement, comme un combattant sans aucune expérience, loin de la réputation du commandant tryker...


Le lendemain, Jazzy revint au bar, cette fois pour comprendre ce qu'il s'était passé la veille. La clientèle ,témoin de l'évènement le soir d'avant, ne comprenait pas la démarche de Jazzy. Le commandant ne se souvenait de rien, juste d'avoir été rappelé par les kami.
"-mais enfin! tu t'es mis à attaquer comme un fou! Ne fais pas semblant de ne pas savoir!"
Jazzy commençait à comprendre... Ce genre d'absence sans se souvenir de ce qu'il se passait, c'était parce qu'il était possédé.
Cette force , Le Drakan, ce sentiment de puissance, de volonté et de détermination amplifiée au maximum. Jazzy l'avait déjà vécu dans des situations aux émotions extrêmes. C'était rare et connu que d'un cercle très rapproché de son entourage.

Ce n'était pas la peine de tenter de l'expliquer... Il ne serait jamais cru évidement, alors il ne pu que s'excuser platement et demander d'arrêter les moqueries.
"-Est-ce que vous connaissez l'auteur de cette annonce de noces?"
Jazzy ne s'attendait pas à une réponse positive, et pourtant...
Nikuya finit par se dénoncer et avouer que la plaisanterie l'avait complètement dépassée.
Jazzy eu la preuve que c'était bien une blague à l'origine... à l'origine!

Edited 2 times | Last edited by Jazzy (3 weeks ago)

---

Jazzy Mac'Plantey
Chef de Bai Nhori Drakani
Commandant de Bai Trykali
Citoyen célèbre

#8 [fr] 

Ba’Rakha referme la porte du bureau de la cheffe sans bruit derrière lui. D’un coup d’œil, il vérifie que la pièce est bien vide : après tout, il n’est pas censé être là. Et au cas où il aurait eu le moindre doute, la porte était fermée à clef avant qu’il n’arrive. Mais bon, si la cheffe croit vraiment que ce genre de serrure va le tenir à l’écart, lui ou la plupart des autres membres émérites de la Compagnie d’ailleurs, c’est qu’il est temps qu’elle passe la main.

En faisant attention à ne pas faire grincer certaines lames de parquet, il s’approche du bureau. Le plateau est vide, et les divers compartiments sont probablement verrouillés, encore plus probablement piégés. Pas d’info à glaner de ce côté-là, la cheffe reste la cheffe. Mais Ba’Rakha n’est pas là pour ça. Il sort une feuille de sa poche : le vélin est un peu froissé et frotté par endroits, et il y a une tâche dans un coin, mais le texte reste lisible même pour qui n’aurait pas eu l’occasion de le voir à de multiples reprises. Le Tryker relit une dernière fois le message qu’il a griffonné dessus, puis il pose la feuille à plat au milieu du bureau. Il la lisse soigneusement, surtout le coin qui s’obstine à rebiquer, et repart avec le même luxe de précautions qu’à l’aller, le sourire aux lèvres.

Derrière lui, bien en évidence en travers du faire-part, en noir sur le violet et le vert, les mots :

Ça donne des idées, hein

Il n’a pas signé, pas la peine, la cheffe comprendra.
uiWebPrevious1uiWebNext
 
Last visit Mon Jul 4 20:42:09 2022 UTC
P_:

powered by ryzom-api